Caractérisation complète de l'anévrisme aortique

De cet article, vous apprendrez: la maladie d'un anévrisme aortique du cœur - qu'est-ce que c'est, pourquoi cela se produit-il, combien est-elle dangereuse, quels sont les changements, si elle peut être complètement guérie. Types, symptômes, complications, méthodes de diagnostic et de traitement de cette maladie.

Avec l'anévrisme de l'aorte du coeur (aneurysma aortae), la lumière d'un certain segment de l'aorte se dilate. Il se développe à la suite de l'affaiblissement, de l'amincissement et de l'étirement de sa paroi avec la formation d'un sac ou d'une saillie en forme de fuseau. L'apparition de tels changements est possible dans n'importe quelle artère, mais c'est le plus caractéristique du plus gros vaisseau du corps, l'aorte. Qu'est-ce qu'un anévrisme aortique? Il s’agit d’une condition dans laquelle on détecte une augmentation du diamètre de la lumière du vaisseau d’un facteur de 2 ou plus par rapport à la taille normale correspondant au sexe et à l’âge du patient.

L'anévrisme se développe comme une pathologie indépendante ou à la suite d'une autre maladie. Le mécanisme déclencheur des modifications pathologiques dans les structures de la paroi aortique peut être: processus inflammatoire, athérosclérose, lésion mécanique, autres pathologies acquises ou sous-développement congénital.

Pour diverses raisons, des changements structurels commencent à se produire dans le tissu conjonctif de la paroi d'un gros vaisseau. Ce processus sous l’influence de la force du flux sanguin entraîne l’étirement de la partie la plus faible du mur. En conséquence, une cavité dilatée, appelée sac, est formée. À cet endroit, le flux sanguin ralentit, le sang stagne, des caillots se forment. La taille de l'anévrisme formé augmente. Un anévrisme en forme de fuseau avec expansion diffuse de la paroi se développe souvent, c’est-à-dire que la paroi s’étire sur toute la circonférence du vaisseau, et pas seulement d’un côté.

L'anévrisme aortique est considéré comme l'une des pathologies les plus dangereuses. Sa fausseté est qu'une rupture du mur entraîne la mort instantanée ou un état extrêmement grave en raison d'un saignement massif, bien qu'une personne puisse même ne pas être au courant de ce problème.

La maladie est traitée par un cardiologue et un chirurgien vasculaire. Les patients atteints de cette pathologie sont enregistrés avec eux.

Causes de l'anévrisme aortique

Pour des raisons d'anévrisme, il y a congénital et acquis:

Facteurs de risque d'anévrisme

  1. Âge avancé (plus de 55 à 65 ans).
  2. Sexe masculin (chez les hommes, l'anévrisme est détecté 2 à 14 fois plus souvent que chez les femmes).
  3. La présence d'hypertension.
  4. L'obésité.
  5. L'abus d'alcool.
  6. Le tabagisme
  7. Fardeau héréditaire.
  8. L'hypodynamie.
  9. Excès de cholestérol dans le sang.

Types d'anévrismes aortiques

Les anévrismes sont de types différents selon la cause, l'emplacement, la structure, le segment et la forme des murs.

Acquis - toutes les autres options de nature inflammatoire et non inflammatoire.

Anévrisme de l'aorte ascendante - sac anévrysmal dans le segment ascendant

Anévrisme à l'arc - sac ou élargissement diffus formé entre le segment d'aorte ascendant et descendant

Anévrisme de la section descendante - respectivement sur la partie descendante de l'aorte

Anévrisme de l'aorte abdominale - formation d'un sac dans l'aorte abdominale

Anévrisme combiné - apparaît sur le segment thoraco-abdominal de l'aorte

Faux (pseudoanévrysmes) - la paroi du vaisseau n'est pas impliquée dans la formation de renflement et le sac est formé de tissu conjonctif apparu à la suite d'un hématome pulsé

Spindly - expansion diffuse du mur sur toute la circonférence de l'aorte

Compliqué - avec le développement de complications

Exfoliant - avec l'apparition d'un hématome, qui fend la paroi vasculaire longitudinalement, en raison de laquelle un faux canal est formé

Les symptômes

La pathologie de chaque patient se manifeste cliniquement de différentes manières. Symptômes d'anévrisme aortique, leur intensité dépend de l'emplacement et de la taille du sac anévrysmal, de l'étendue de la lésion et de la cause de son apparition. Il peut être asymptomatique ou avec des symptômes si rares qu’une personne ne prête pas attention aux douleurs ou à l’inconfort occasionnels.

Le principal symptôme de l'anévrisme est une douleur résultant de lésions de la paroi vasculaire, de son étirement et de sa compression par compression, à l'aide d'une saillie anévrismale des organes voisins. C'est précisément en fonction de l'emplacement de la douleur que l'emplacement de l'anévrisme peut être supposé.

Symptômes d'anévrisme de l'aorte ascendante

Cliniquement, cette pathologie se manifeste par une douleur à la poitrine ou dans la région du cœur. Avec une insuffisance aortique, une personne s'inquiète de palpitations cardiaques, d'essoufflement, de vertiges, de faiblesse. Il essaie instinctivement de limiter l'activité motrice. La grande taille de l'anévrisme provoque le développement du syndrome de la veine cave supérieure. Il se caractérise par un complexe symptomatique avec poches et bleus du visage, gonflement de la partie supérieure du corps, maux de tête, enrouement, essoufflement, toux. Ces signes se développent à la suite d’une violation de l’écoulement du sang veineux du haut du corps vers le bas.

Symptômes de l'anévrisme de l'aorte abdominale

Parmi les manifestations de douleur et de gêne persistantes ou récurrentes dans l'abdomen, une sensation de satiété dans l'estomac, même après une faible consommation de nourriture, d'éructations, de nausées, de flatulences, d'autres dyspepsies, une perte de poids. Souvent, les patients eux-mêmes se retrouvent dans une formation dense, pulsante et douloureuse dans l'abdomen.

Symptômes de l'anévrisme aortique

Avec ce type de pathologie, la compression de l'oesophage se produit avec le désordre de l'acte de déglutition. Caractérisé par enrouement, toux sèche, bave, essoufflement, bradycardie, douleur au-dessus du sternum, en particulier lors de la déglutition. La compression de la racine du poumon entraîne une stagnation et une pneumonie fréquente.

Symptômes d'anévrisme de l'aorte descendante

La constriction du plexus sympathique s'accompagne de douleurs à l'omoplate et au bras gauche. La compression des artères intercostales conduit à une ischémie de la moelle épinière, une paralysie des deux bras ou des jambes à la fois, une paraplégie - une paralysie simultanée de toutes les extrémités. Le patient perd partiellement ou totalement la capacité d'effectuer des actions sur le membre affecté. À un prélude des nerfs se développe la névralgie intercostale. Le résultat de la compression des vertèbres est une déformation, un déplacement avec une courbure de la colonne vertébrale.

Symptômes de l'anévrisme aortique

La dissection aortique est accompagnée de douleurs soudaines, aiguës, déchirantes et insupportables qui migrent au cours de la dissection et ont un large éventail d'irradiations - entre les omoplates, derrière le sternum, dans l'estomac et en bas, dans le bas du dos, dans toute la colonne vertébrale. Le patient a une anxiété en mouvement et en même temps une faiblesse, une blancheur de la peau et une transpiration abondante. L'état du patient est extrêmement grave.

La pression artérielle augmente brusquement au début, puis baisse. Lors de l’examen, le médecin fixe l’asymétrie du pouls aux extrémités inférieure et supérieure. Les manifestations restantes dépendent de la localisation du début de la séparation de la paroi vasculaire. Il peut y avoir des évanouissements, une chute dans le coma, un enrouement, l'apparition d'une insuffisance rénale aiguë, etc. La plupart des patients atteints de cette pathologie décèdent des conséquences développées.

Complications anévrisme aortique

Des conséquences graves se produisent lorsque les anévrismes se rompent:

  • Les saignements massifs entraînent un choc, une baisse de la pression artérielle, une insuffisance de l'apport sanguin à tous les organes vitaux et une insuffisance cardiaque aiguë.
  • Saignements intra-abdominaux ou gastro-intestinaux selon le lieu de la rupture.
  • Insuffisance cardiaque et / ou défauts aortiques.
  • Hémothorax - hémorragie dans la cavité pleurale.
  • L’hémopéricarde est l’épanchement de sang dans une cavité à deux couches appelée le péricarde.
  • Symptômes d'occlusion aiguë des vaisseaux des membres - troubles circulatoires aigus des bras et des jambes dus à l'obstruction d'une artère périphérique avec un caillot sanguin. Il se développe avec la séparation et la propagation des caillots sanguins du sac anévrysmal.
  • Un accident vasculaire cérébral est provoqué par le blocage d'un vaisseau sanguin dans le cerveau par un caillot sanguin.
  • L'insuffisance rénale ou l'hypertension rénovasculaire - élévation persistante de la D / A en raison de problèmes rénaux - commence par une thrombose de l'artère rénale.

Diagnostics

Souvent, un anévrisme aortique du cœur - le plus gros vaisseau - est détecté lors d'un examen clinique ou lors d'une autre maladie. Si le cardiologue assume la présence d'un anévrisme, le patient doit alors subir un diagnostic complet. Les méthodes instrumentales sont prioritaires, les tests de laboratoire ne font que confirmer la cause de la pathologie, par exemple l’athérosclérose.

Anévrisme aortique

L'anévrisme aortique est une extension locale pathologique de la zone de l'artère principale, en raison de la faiblesse de ses parois. En fonction de la localisation d'un anévrisme aortique, d'une douleur à la poitrine ou à l'abdomen, de la présence d'une tumeur ressemblant à une tumeur, des symptômes de compression d'organes voisins: essoufflement, toux, dysphonie, dysphagie, gonflement et cyanose du visage et du cou peuvent se manifester. La base du diagnostic d'un anévrisme aortique est la radiographie (radiographie thoracique et abdominale, aortographie) et l'échographie (UZDG, échographie de l'aorte thoracique / abdominale). Le traitement chirurgical de l'anévrisme consiste à effectuer sa résection avec une prothèse aortique ou une prothèse endoluminale fermée de l'anévrisme avec une endoprothèse spéciale.

Anévrisme aortique

L'anévrisme aortique est caractérisé par une expansion irréversible de la lumière artérielle dans une zone limitée. La proportion d'anévrismes aortiques de localisation différente est approximativement la suivante: les anévrismes de l'aorte abdominale représentent 37% des cas, l'aorte ascendante - 23%, la crosse aortique - 19%, l'aorte thoracique descendante - 19,5%. Ainsi, la proportion d'anévrismes de l'aorte thoracique en cardiologie représente près des 2/3 de la pathologie totale. Les anévrismes aortiques thoraciques sont souvent associés à d’autres défauts de l’aorte - insuffisance aortique et coarctation aortique.

Classification des anévrismes aortiques

En chirurgie vasculaire, plusieurs classifications des anévrismes aortiques ont été proposées, en tenant compte de leur localisation par segment, forme, structure de la paroi et étiologie. Selon la classification segmentaire, on distingue: anévrisme sinusal de Valsalva, anévrisme aortique ascendant, anévrisme de la voûte aortique, anévrisme descendant de l'aorte, anévrisme de l'aorte abdominale, anévrisme à site combiné - aorte thoraco-abdominale.

L'évaluation de la structure morphologique des anévrismes aortiques nous permet de les diviser en vrais et en faux (pseudoanévrysmes). Un véritable anévrisme est caractérisé par un amincissement et une saillie hors de toutes les couches de l'aorte. Par étiologie, les anévrismes aortiques véritables sont généralement athérosclérotiques ou syphilitiques. La paroi d'un faux anévrisme est représentée par un tissu conjonctif formé par l'organisation d'un hématome à pulsations; propres parois de l'aorte dans la formation d'un faux anévrisme n'est pas impliqué. Les pseudoanévrismes d'origine sont plus souvent traumatiques et postopératoires.

Selon la forme, on retrouve des anévrismes aortiques sacculaires et fusiformes: les premiers sont caractérisés par une saillie locale du mur, les derniers par une expansion diffuse de tout le diamètre de l'aorte. Normalement, chez l'adulte, le diamètre de l'aorte ascendante est d'environ 3 cm, l'aorte thoracique descendante est de 2,5 cm et l'aorte abdominale de 2 cm.Un anévrisme aortique augmenterait d'au moins 2 fois le diamètre du vaisseau dans une zone limitée.

Compte tenu de l'évolution clinique, il existe des anévrismes de l'aorte non compliqués, compliqués et compliqués. Parmi les complications spécifiques des anévrismes aortiques figurent les ruptures du sac anévrysmal, accompagnées d'une hémorragie interne massive et de la formation d'hématomes; thrombose d'anévrisme et thromboembolie des artères; cellulite des tissus environnants due à une infection par un anévrisme. Un type spécial est un anévrisme disséquant de l'aorte, lorsque, par une rupture de la paroi interne, le sang pénètre entre les couches de la paroi de l'artère et se répand sous pression le long du vaisseau, le disséquant progressivement.

La classification étiologique des anévrismes aortiques est décrite en détail lorsqu’on examine les causes de la maladie.

Causes de l'anévrisme aortique

Selon l'étiologie, tous les anévrismes de l'aorte peuvent être divisés en congénitaux et acquis. La formation d'anévrismes congénitaux est associée à des maladies héréditaires de la paroi aortique - syndrome de Marfan, dysplasie fibreuse, syndrome d'Ehlers-Danlos, syndrome d'Erdheim, déficit héréditaire en élastine, etc.

Les anévrismes aortiques acquis d'étiologie inflammatoire résultent d'une aortite spécifique et non spécifique accompagnée d'infections fongiques de l'aorte, de la syphilis et d'infections postopératoires. Les anévrismes aortiques non inflammatoires ou dégénératifs comprennent les cas d’athérosclérose, de défauts de suture et de prothèses. Les dommages mécaniques à l'aorte entraînent la formation d'anévrismes hémodynamiques, post-sténotiques et traumatiques. Les anévrismes idiopathiques se développent dans la médionécrose aortique.

Les facteurs de risque de formation d'anévrismes aortiques sont considérés comme étant la vieillesse, le sexe masculin, l'hypertension artérielle, le tabagisme et l'abus d'alcool, le fardeau héréditaire.

Pathogenèse des anévrismes aortiques

Outre la déficience de la paroi aortique, des facteurs mécaniques et hémodynamiques interviennent dans la formation de l'anévrisme. Les anévrismes aortiques sont plus susceptibles de se produire dans les zones fonctionnellement stressantes et soumises à un stress accru en raison de la vitesse élevée du flux sanguin, de la raideur du pouls et de sa forme. Les traumatismes aortiques chroniques, ainsi que l'activité accrue des enzymes protéolytiques, entraînent la destruction du cadre élastique et des modifications dégénératives non spécifiques de la paroi vasculaire.

L’anévrisme aortique formé augmente progressivement en taille, au fur et à mesure que la tension sur ses parois augmente proportionnellement à la dilatation du diamètre. Le flux sanguin dans le sac anévrysmal ralentit et devient turbulent. Environ 45% seulement du volume sanguin de l'anévrisme pénètre dans le lit artériel distal. Cela est dû au fait que, pénétrant dans la cavité anévrysmale, le sang afflue le long des parois et que le flux central est restreint par le mécanisme de turbulence et la présence de masses thrombotiques dans l'anévrisme. La présence de caillots sanguins dans la cavité de l'anévrisme est un facteur de risque de thromboembolie des branches de l'aorte distale.

Symptômes de l'anévrisme aortique

Les manifestations cliniques des anévrismes aortiques sont variables et sont déterminées par l'emplacement, la taille du sac anévrysmal, sa longueur et l'étiologie de la maladie. Les anévrismes de l'aorte peuvent être asymptomatiques ou accompagnés d'une symptomatologie limitée et peuvent être détectés lors d'examens de routine. La manifestation principale d'un anévrisme aortique est la douleur provoquée par une lésion de la paroi de l'aorte, son syndrome d'étirement ou de compression.

La clinique de l'anévrisme de l'aorte abdominale se manifeste par des douleurs transitoires ou persistantes, une gêne abdominale, des éructations, un poids dans l'épigastre, une sensation de plénitude dans l'estomac, des nausées, des vomissements, un dysfonctionnement intestinal et une perte de poids. La symptomatologie peut être associée à une compression du cardia, à un ulcère duodénal 12 et à une atteinte des artères viscérales. Souvent, les patients déterminent indépendamment la présence d'une pulsation accrue dans l'abdomen. La palpation est déterminée par une formation pulsatoire tendue, dense et douloureuse.

Pour l'anévrisme de l'aorte ascendante, douleur typique au cœur ou derrière le sternum, provoquée par une compression ou une sténose des artères coronaires. Les patients présentant une insuffisance aortique s'inquiètent de l'essoufflement, de la tachycardie, des vertiges. Les grands anévrismes provoquent le développement du syndrome de la veine cave supérieure avec maux de tête, gonflement du visage et du torse.

L'anévrisme de la crosse aortique entraîne une compression de l'œsophage avec des symptômes de dysphagie; en cas de clampage du nerf récurrent, enrouement de la voix (dysphonie), toux sèche; l'intérêt du nerf vague est accompagné de bradycardie et de bave. Lorsque la compression de la trachée et des bronches se développent, l'essoufflement et la respiration sifflante; avec compression de la racine du poumon - congestion et pneumonie fréquente.

En cas d'irritation causée par l'anévrysme de l'aorte descendante du plexus sympathique péri-aortique, des douleurs apparaissent dans la main gauche et l'omoplate. En cas d'implication des artères intercostales, une ischémie de la moelle épinière, une paraparésie et une paraplégie peuvent se développer. La compression des vertèbres s'accompagne de leur stabilisation, de leur dégénérescence et de leur déplacement avec la formation de la cyphose; la compression des vaisseaux sanguins et des nerfs se manifeste cliniquement par des névralgies radiculaires et intercostales.

Complications anévrisme aortique

Les anévrismes aortiques peuvent être compliqués par une rupture accompagnée d'un saignement, d'un collapsus, d'un choc et d'une insuffisance cardiaque aiguë. Une percée d'anévrisme peut survenir dans le système de la veine cave supérieure, des cavités péricardique et pleurale, de l'œsophage et de la cavité abdominale. Parallèlement, des états graves, parfois mortels, se développent - syndrome de la veine cave supérieure, hémopéricarde, tamponnade cardiaque, hémothorax, saignements pulmonaires, gastro-intestinaux ou intra-abdominaux.

Avec la séparation des masses thrombotiques de la cavité anévrysmale, une image de l'occlusion aiguë des vaisseaux des extrémités se développe: cyanose et douleur des orteils, laissés sur la peau des extrémités, claudication intermittente. L'hypertension artérielle rénale et l'insuffisance rénale surviennent dans les cas de thrombose de l'artère rénale; avec des dommages aux artères cérébrales - accident vasculaire cérébral.

Diagnostic de l'anévrisme aortique

La recherche diagnostique d'un anévrisme aortique comprend une évaluation de données subjectives et objectives, ainsi que des études radiologiques, échographiques et tomographiques. L'auscultation de l'anévrisme est la présence d'un souffle systolique dans la projection de la dilatation aortique. Les anévrismes de l'aorte abdominale sont détectés à la palpation de l'abdomen sous la forme d'une formation pulsatoire ressemblant à une tumeur.

Le plan de radiographie des patients présentant un anévrisme de l'aorte thoracique ou abdominale comprend la fluoroscopie et la radiographie thoracique, la radiographie de revue de la cavité abdominale, la radiographie de l'œsophage et de l'estomac. En reconnaissance des anévrismes de l'aorte ascendante, l'échocardiographie est utilisée; dans d'autres cas, l'USDG de l'aorte thoracique / abdominale est réalisée.

La tomodensitométrie (TDM) de l'aorte thoracique / abdominale permet de présenter de manière précise et visuelle le développement anévrysmal, d'identifier la présence de masses de dissection et thrombotiques, d'hématome para-aortique, de foyers de calcification. Au stade final de l’enquête, effectuez une aortographie en fonction de laquelle sont spécifiés la localisation, la taille, la longueur de l’anévrysme aortique et ses relations avec les structures anatomiques adjacentes. Sur la base des résultats d'un examen approfondi au moyen d'instruments, une décision est prise concernant les indications du traitement chirurgical de l'anévrisme aortique.

L'anévrisme de l'aorte thoracique doit être différencié des tumeurs des poumons et du médiastin; anévrisme de l'aorte abdominale - à partir de lésions abdominales, de lésions des ganglions mésentériques, de tumeurs rétropéritonéales.

Traitement de l'anévrisme aortique

En cas d'anévrisme aortique asymptomatique non progressif, ils sont limités par l'observation dynamique du chirurgien vasculaire et le contrôle par rayons X. Pour réduire le risque de complications possibles, un traitement antihypertenseur et anticoagulant est mis en œuvre, le cholestérol est réduit.

L'intervention chirurgicale est indiquée pour les anévrismes de l'aorte abdominale d'un diamètre supérieur à 4 cm; anévrismes de l’aorte thoracique d’un diamètre de 5,5 à 6,0 cm ou avec augmentation des anévrismes de plus petite taille de plus de 0,5 cm en six mois. Lorsque l'anévrisme de l'aorte est rompu, les indications d'une intervention chirurgicale d'urgence sont absolues.

Le traitement chirurgical d'un anévrisme aortique consiste en une excision de la zone du vaisseau modifiée anévrysmatique, en suturant le défaut ou en le remplaçant par une prothèse vasculaire. En tenant compte de la localisation anatomique, on réalise une résection de l'anévrisme de l'aorte abdominale, de l'aorte thoracique, de la crosse aortique, de l'aorte thoracoabdominale et de l'aorte sous-rénale.

En cas d'insuffisance aortique hémodynamiquement significative, la résection de l'aorte thoracique ascendante est associée au remplacement de la valve aortique. Les prothèses endovasculaires d'un anévrisme aortique avec pose d'endoprothèse constituent une alternative à l'intervention vasculaire ouverte.

Pronostic et prévention de l'anévrisme aortique

Le pronostic d'un anévrisme aortique est principalement déterminé par sa taille et par la lésion athérosclérotique concomitante du système cardiovasculaire. En général, l'évolution naturelle de l'anévrisme est défavorable et est associée à un risque élevé de décès par rupture de l'aorte ou complications thromboemboliques. La probabilité de rupture d'un anévrisme aortique d'un diamètre de 6 cm ou plus est de 50% par an, son diamètre inférieur à 20% par an. La détection précoce et le traitement chirurgical prévu des anévrismes de l'aorte sont justifiés par une faible mortalité peropératoire (5%) et de bons résultats à long terme.

Les recommandations prophylactiques incluent le contrôle de la pression artérielle, l'organisation d'un mode de vie correct, une surveillance régulière par un cardiologue et un angiosurgeon, et un traitement médical en cas de pathologie concomitante. Les personnes appartenant à des groupes à risque pour le développement d'anévrismes aortiques doivent passer un examen de dépistage par ultrasons.

Qu'est-ce qu'un anévrisme aortique et quand une intervention chirurgicale est-elle nécessaire?

Dans la liste des pathologies cardiologiques dangereuses qui menacent la vie humaine, l'anévrisme aortique se classe au deuxième rang après l'infarctus du myocarde. Une personne peut vivre longtemps avec un anévrisme, inconsciente de sa présence et rater une indisposition à exacerber des maladies chroniques. C'est le principal danger de la pathologie, car les parois dilatées et amincies de l'aorte peuvent se rompre à tout moment, ce qui peut être fatal en raison d'une perte de sang abondante et d'un choc.

Anévrisme aortique du coeur - de quoi s'agit-il?

L'aorte est la plus grande artère alimentant en sang tous les vaisseaux formant la grande circulation. Le terme "anévrisme" signifie l'expansion pathologique d'une zone spécifique de l'aorte due à l'étirement et à l'affaiblissement de sa paroi. Le diamètre de la lumière du vaisseau peut augmenter de plus de 2 fois par rapport à la taille normale de l'artère.

Les processus inflammatoires et athérosclérotiques, les dommages mécaniques ou les anomalies congénitales deviennent le mécanisme déclencheur qui déclenche des changements pathologiques dans les structures de la paroi aortique. Sous l'influence de facteurs défavorables, les parois du vaisseau dans une certaine zone sont étirées, ce qui donne une cavité en forme de sac ou de fuseau dans laquelle le sang stagne, formant des thrombus. Dans le sac anévrysmatique, le flux sanguin s'affaiblit et devient turbulent. En conséquence, seule la moitié du volume sanguin requis entre dans le lit artériel distal.

Au fur et à mesure que la maladie progresse, la taille de la formation pathologique augmente et serre les vaisseaux qui jouent un rôle clé dans la nutrition du muscle cardiaque. Le plus souvent, on diagnostique chez les patients un anévrisme du coeur en forme de fuseau, accompagné d'une dilatation des parois sur toute la circonférence de l'artère.

Le pronostic le plus défavorable est la saillie sacculaire de l'aorte ascendante ou descendante. Même avec le diagnostic opportun d'un tel anévrisme, le risque de décès reste très élevé. Dans tous les cas, le seul traitement radical de l'expansion pathologique reste l'intervention chirurgicale.

Causes de la formation d'anévrisme

En médecine, plusieurs facteurs principaux provoquent des changements pathologiques dans les parois de l'aorte:

  • Processus athérosclérotiques. Au fur et à mesure du développement de l'athérosclérose, l'élasticité des vaisseaux est perturbée et des plaques de cholestérol se forment sur les parois de l'aorte, ce qui perturbe le flux sanguin normal.
  • Maladies infectieuses. La cause de l'anévrisme aortique peut être une tuberculose, une syphilis ou une endocardite bactérienne. En médecine, décrit des cas d'anévrismes d'origine mycotique, se développant sur le fond d'une maladie fongique.
  • Anomalies congénitales - syndrome de Marfan, coarctus aortique, dysplasie fibreuse héréditaire, maladie d'Erdheim, insuffisance congénitale en élastine.
  • Hypertension artérielle sévère se développant sur le fond de l’athérosclérose.
  • Blessures traumatiques. Des modifications pathologiques des parois de l'aorte se développent à l'arrière-plan de blessures fermées à la suite d'un accident de voiture ou d'autres situations traumatiques impliquant une atteinte du muscle cardiaque.
  • La cause peut également être une lésion mécanique de l'aorte due à des interventions chirurgicales.
  • Modifications dystrophiques de l'aorte, médionécrose.
  • Maladies cardiovasculaires concomitantes (cardiopathie ischémique, accidents vasculaires cérébraux, crises cardiaques) pouvant causer un anévrisme cardiaque.
  • Maladies auto-immunes accompagnées d'inflammation chronique du principal vaisseau artériel et de ses branches (par exemple, aortoartérite).

Le groupe de risque accru de survenue d'anévrysme aortique comprend les gros fumeurs, les patients souffrant d'hypertension, d'obésité, de taux élevés de cholestérol dans le sang, les personnes âgées (55 ans et plus). Selon les statistiques, les anévrismes des vaisseaux cardiaques sont beaucoup plus souvent détectés chez le sexe fort. Chez les hommes, la progression active de la maladie est associée à la présence de mauvaises habitudes et à un mode de vie insuffisamment actif.

Anévrisme aortique: stades et classification

En chirurgie vasculaire, les anévrismes aortiques sont classés en fonction de leurs causes, de leur emplacement, de leur forme, de leur structure morphologique et de leurs symptômes cliniques.

L’anévrisme aortique peut être acquis et congénital, se développer de manière indépendante ou être le résultat de pathologies cardiaques concomitantes. Sous forme, de telles formations peuvent être sacculées ou en forme de fuseau, dans leur structure morphologique - vraie et fausse. Selon la zone de localisation, on distingue les anévrismes du sinus Valsalive, la partie descendante et ascendante, l'arc aortique ou les anévrismes combinés.

Compte tenu de l'évolution du processus pathologique, il y a trois étapes:

  1. Épicé La condition la plus dangereuse, qui se développe sur le fond d'un processus inflammatoire étendu ou d'un infarctus du myocarde, est accompagnée d'une rupture des parois de l'aorte. Cette condition nécessite une intervention chirurgicale d'urgence afin de prévenir la mort.
  2. Subaiguë - se développe en raison de maladies chroniques ou d'interventions chirurgicales dans la région du cœur. Il présente des symptômes moins aigus, qui se manifestent sur plusieurs mois.
  3. Anévrisme chronique du coeur aortique - la maladie évolue progressivement, se différencie de manière plus uniforme, est accompagnée d'un amincissement et d'une dilatation de la paroi aortique sans syndrome douloureux prononcé.

Comment reconnaître la maladie?

Le principal danger d'un anévrisme aortique est l'absence de signes évidents au stade initial. Dans près de 90% des cas, la pathologie est indolore et ne se fait sentir qu’au stade de la pré-rupture aortique. L'absence de symptômes rend le diagnostic beaucoup plus difficile. Dans la plupart des cas, un anévrisme est découvert par hasard, lors du passage d'un examen diagnostique, pour une raison complètement différente.

Des plaintes typiques apparaissent chez les patients avec la progression de la maladie, la croissance rapide de l'anévrisme et la menace de sa rupture. Pour l'anévrisme de la partie descendante de l'aorte et l'arc caractéristique des symptômes plus prononcés, ce qui s'explique par des caractéristiques anatomiques. Dans ce cas, le patient se plaint de toux sèche et d'essoufflement, l'anévrisme de l'aorte serrant la trachée et les bronches, les organes du médiastin.

De telles protubérances peuvent exercer une pression sur la colonne vertébrale thoracique, l'œsophage, les nerfs récurrents, ce qui entraîne un enrouement, des palpitations, des baves, des douleurs au sternum. Si les nerfs du plexus sympathique sont pincés, la douleur se manifeste dans le bras gauche et sous l'omoplate. Dans les cas graves, avec compression des artères intercostales, une paralysie des membres est possible, une perte partielle ou totale de la capacité à agir avec votre main ou votre pied.

Avec les modifications pathologiques de l'aorte thoracique, il y a une longue douleur brûlante derrière le sternum ou dans le dos (du côté droit). Des symptômes d'insuffisance cardiaque apparaissent, le patient se plaint de faiblesse, d'enflure, de vertiges, de maux de tête, de toux, de dyspnée, d'essoufflement.

Au stade aigu de la maladie, la rupture de l'aorte n'est pas exclue. Dans ce cas, il y a une douleur intense derrière le sternum, des saignements internes abondants. Le sang est versé dans la région de la plèvre, les organes du médiastin, l'œsophage. Des vomissements sanglants abondants se développent, le patient suffoque, la peau devient bleuâtre. La pression chute brusquement, le rythme cardiaque est perdu, le patient perd conscience. Dans cet état, le compte dure plusieurs minutes, si vous ne fournissez pas une assistance qualifiée en temps voulu, le décès inévitable.

Méthodes de diagnostic

Il est extrêmement difficile d'identifier un anévrisme aortique sur la base de symptômes incertains. Si vous avez des douleurs au cœur, des vertiges, un essoufflement, vous devez subir un examen complet. Le traitement pathologique est effectué par des cardiologues et des chirurgiens cardiologues. Au cours de l'examen initial, l'état général du patient est évalué, une palpation de la poitrine est effectuée, la pression est mesurée, les plaintes sont clarifiées, l'anamnèse (y compris les antécédents familiaux) est collectée. Lors d'un examen visuel, le médecin doit faire attention à l'apparence de la personne. Des signes tels que des malformations de la colonne vertébrale (scoliose, cyphose), l’allongement des paumes, la mobilité des articulations et une hauteur élevée peuvent indiquer une maladie congénitale (syndrome de Morphan).

Un certain nombre d'études de laboratoire et d'instruments permet un diagnostic correct. Le patient doit donner du sang et de l'urine pour une analyse générale et biochimique, ce qui aidera à identifier l'une des causes de la pathologie - l'athérosclérose.

Enquêtes instrumentales pour suspicion d'anévrisme des vaisseaux cardiaques:

  • Échographie du coeur et de l'aorte. La méthode de diagnostic la plus efficace, qui permet de déterminer la zone de localisation et la taille de l’anévrisme et de tirer une conclusion sur la nécessité d’une intervention chirurgicale.
  • Echo KG du coeur - est effectué pour déterminer la forme, le type, la taille et d'autres caractéristiques de l'anévrisme.
  • ECG - vous permet de déterminer la présence d'un anévrisme.
  • Le scanner (tomodensitométrie) montre si de grosses artères sont impliquées dans le processus et révèle des signes de dissection de la paroi aortique (avec un anévrisme disséquant).
  • Aortographie L'étude est utilisée avant la chirurgie pour déterminer la portée et la nature de l'intervention.
  • La radiographie en trois projections permet d'établir une augmentation de la taille du cœur, la présence d'un œdème pulmonaire.

Si nécessaire, en plus des méthodes de diagnostic ci-dessus, un patient peut être référé pour une IRM, une procédure d'angiographie coronarienne ou un examen électrophysique.

Des complications

L'absence de traitement rapide de l'anévrisme aortique entraîne le développement de complications dangereuses. Les principaux sont:

  1. défauts de la valve aortique;
  2. insuffisance cardiaque;
  3. décompensation du coeur;
  4. thrombose aortique;
  5. rupture aortique avec saignement massif concomitant.

La rupture de l'anévrisme est particulièrement dangereuse, car même lors d'une opération d'urgence, le risque de décès reste élevé.

Traitement de l'anévrisme aortique

Avec un flux asymptomatique et l'absence de signes de progression de la maladie, il est possible de se passer d'une intervention chirurgicale. L'observation dynamique du patient est accompagnée d'une surveillance régulière aux rayons X pour suivre la dynamique de la maladie et surveiller la taille de l'anévrisme. Pour la prévention des complications, des médicaments antihypertenseurs sont prescrits (à pression élevée), des préparations du groupe des statines pour réduire le cholestérol et des anticoagulants pour réduire la viscosité du sang.

La chirurgie reste la seule méthode radicale de traitement d'un anévrisme cardiaque. Les indications pour l'opération planifiée sont les états suivants:

  • progression rapide de la maladie et augmentation de la taille de l'anévrisme jusqu'à 6 cm ou plus;
  • douleur intense;
  • la formation de caillots sanguins à l’arrière-plan des modifications athérosclérotiques.

La chirurgie d'urgence est pratiquée avec la menace d'une rupture de l'anévrisme ou de lésions traumatiques de l'aorte, car de telles conditions constituent une menace directe pour la vie du patient.

La chirurgie classique consiste en une résection (ablation) de la zone pathologique de l'aorte (cavité anévrismale) avec fermeture d'artère et remplacement subséquent de la partie affectée par une prothèse vasculaire. Le résultat de l'opération dépend en grande partie du degré de lésion aortique et des qualifications du chirurgien. Mais même avec le haut professionnalisme des médecins, il n'est pas toujours possible de sauver un patient présentant une rupture de l'aorte.

La limitation à la chirurgie est une maladie cardiovasculaire grave. Cependant, lorsque l’aorte se rompt, il s’agit de sauver la vie du patient et l’opération est pratiquée même en présence d’une maladie cardiaque.

Un traitement à faible impact est une bonne alternative à la chirurgie abdominale, qui est couramment utilisée en l'absence de risque de rupture de l'aorte. Parmi eux se trouvent:

  • Stenting endovasculaire. Pendant la procédure, la partie affectée du vaisseau est exclue du flux sanguin général, puis une endoprothèse squelettique (endoprothèse) est installée pour prévenir la rupture de l'anévrisme. L'inconvénient de la méthode est le risque de luxation de l'endoprothèse à l'avenir.
  • Angioplastie La zone touchée de l’aorte est remplacée par un vaisseau artificiel ou naturel, ce qui permet de rétablir un flux sanguin normal et d’éviter les complications qui menacent la vie du patient.

Les techniques chirurgicales modernes aident à sauver la vie de la plupart des patients atteints d'anévrisme de l'aorte. Après la chirurgie, la vie du patient est soumise à des ajustements importants. Il est nécessaire de respecter scrupuleusement toutes les prescriptions médicales, d'abandonner les mauvaises habitudes, de bien manger, d'éviter le stress et les efforts physiques importants.

Anévrisme aortique - Prédiction de récupération

Avec la détection précoce d'un anévrisme aortique, les chances de succès sont élevées. Dans les opérations planifiées, le pourcentage de mortalité est faible - jusqu'à 5%, la survie à cinq ans est observée chez 80% des patients, tandis que chez les patients non opérés, le taux de survie tombe à 10%.

À la rupture de l'aorte, le pronostic est mauvais. Même avec une chirurgie d'urgence, environ 75% des patients meurent. Si aucun traitement adéquat n'a été mis en place au cours des cinq années qui ont suivi l'apparition de la maladie, la plupart des patients décèdent des suites d'une rupture de l'aorte, du reste des complications qui l'accompagnent - accidents vasculaires cérébraux, maladie coronarienne. L’examen de routine annuel aidera à prévenir un tel résultat, en permettant une détection précoce des modifications pathologiques des parois de l’aorte.

Prévention

Les mesures préventives contre l'anévrisme aortique sont similaires aux recommandations visant à prévenir les maladies cardiaques et le développement de l'athérosclérose.

  1. Tout d’abord, c’est un mode de vie sain et actif, avec le refus de fumer et de boire de l’alcool.
  2. Point non moins important - une alimentation correcte et équilibrée, avec la restriction des plats gras, hypercaloriques, épicés, des bonbons, des confiseries (en particulier de la crème), des produits à haute teneur en conservateurs, stabilisants et autres additifs synthétiques. La préférence devrait être donnée à un régime alimentaire sain, faible en calories, composé de légumes et de lait.
  3. Il est recommandé d’abandonner les graisses animales, de ne manger que des variétés de viande et de poisson faibles en gras, de préparer des salades de légumes à l’huile végétale et d’intégrer davantage de fruits frais, de baies et de légumes verts dans l’alimentation.
  4. Ne vous mêlez pas de boissons contenant de la caféine (café fort, thé noir). Il est préférable de boire de l'eau minérale, des jus de fruits, des boissons aux fruits, du thé vert et des tisanes.
  5. Il est important de limiter l'utilisation de sel, de cornichons et de marinades. Il est préférable de faire cuire des aliments sans sel et de saler légèrement un plat tout préparé sur la table.

Anévrisme aortique

L'anévrisme aortique est une dilatation intraluminale limitée du vaisseau aortique, localisée dans l'une de ses parties anatomiques et caractérisée par la persistance de manifestations cliniques. Une unité nosologique distincte de la classification cardiologique internationale est la stratification de l'anévrisme aortique, qui n'est qu'une complication de la pathologie sous-jacente qui survient au cours de son parcours prolongé ou de sa lésion traumatique.

Il existe de nombreuses classifications cliniques, étiopathogénétiques et morphologiques de l'anévrisme aortique, mais un critère fondamental pour les cardiologues et les chirurgiens cardiologues en exercice est la séparation selon le principe de localisation de l'expansion anévrysmale.

Causes de l'anévrisme aortique

Pendant longtemps, la lésion vasculaire athérosclérotique a été considérée comme le seul facteur étiopathogénétique provoquant le développement d'un anévrisme aortique, mais il existe aujourd'hui de nombreuses théories pathogénétiques sur la formation de la dilatation anévrysmale aortique.

Les anévrismes aortiques du cœur se développent le plus souvent en raison de la «déficience» de la membrane de la paroi vasculaire moyenne, pouvant être de nature congénitale, et lorsqu’ils sont exposés à un gradient de pression élevé, on observe un renflement de la paroi aortique locale dans la zone touchée.

Des études scientifiques récentes sur la pathogenèse du développement d'un anévrisme aortique ont prouvé le fait que l'effet négatif de processus dégénératifs non spécifiques se produisant sur la paroi médiane de la paroi vasculaire était désigné par le terme «médionécrose». Ces modifications pathologiques de la paroi vasculaire de l'aorte sont observées chez des personnes atteintes d'une pathologie généralisée du tissu conjonctif, observée dans la maladie de Marfan.

Les anévrismes aortiques acquis sont le plus souvent le résultat d'une maladie inflammatoire du vaisseau aortique de nature infectieuse et immunitaire, observée par exemple dans la syphilis. La principale différence entre l'anévrisme aortique et l'expansion anévrysmale des autres vaisseaux réside dans le fait que le sac anévrysmal dans la projection de l'aorte est constitué uniquement du composant fibreux et qu'il n'y a absolument aucun signe de flux sanguin laminaire. En raison du fait qu'avec un anévrisme aortique, des couches thrombotiques massives se forment dans la lumière du sac anévrysmal, même avec une étude de contraste angiographique, il n'est pas possible d'estimer de manière fiable les paramètres métriques de l'anévrisme.

Heureusement, les anévrismes apparaissant comme une complication de la chirurgie de l'aorte sont devenus beaucoup moins fréquents ces derniers temps, mais les anévrismes de l'aorte abdominale présentent le plus souvent une genèse post-traumatique, observée lors d'une lésion abdominale fermée et émoussée.

Symptômes de l'anévrisme aortique

La spécificité du complexe de symptômes cliniques, ainsi que l'intensité de la manifestation de certains symptômes, dépendent de la localisation de la lésion anévrysmale du vaisseau, ainsi que de la taille du sac anévrysmal lui-même. Le long trajet de l'anévrisme provoque inévitablement une augmentation de ses paramètres métriques, ce qui augmente considérablement le risque de rupture des organes creux et des cavités à proximité (pleural, abdominal, péricardique). La rupture de l'anévrisme aortique lors de la projection du tronc pulmonaire contribue au développement de shunts aorto-pulmonaires, entraînant des violations significatives de la cardiohémodynamique.

Avec un anévrisme du sinus aortique, des conditions sont créées pour le développement d’une insuffisance de la valve aortique et du rétrécissement intraluminal simultané d’une ou de plusieurs artères coronaires. Les manifestations cliniques de l'anévrisme de cette localisation sous la forme d'une augmentation de la taille du foie, d'un gonflement des veines cervicales et du développement d'un syndrome d'œdème généralisé sont dues à l'effet de compression de l'anévrisme sur les sections du tronc pulmonaire et du cœur droit. Dans une situation où le patient a un anévrisme du sinus aortique de dimensions gigantesques, l'effet de compression sur le tronc pulmonaire peut être fatal.

Avec anévrisme de l'aorte ascendante du patient, douleurs thoraciques prolongées de nature terne avec troubles respiratoires graves sous la forme d'essoufflement progressif. L’anévrisme de la grande aorte ascendante provoque inévitablement le développement de modifications atrophiques du tissu osseux des segments antérieurs des côtes et du sternum et la survenue d’une pulsation pathologique le long de la ligne parasternale droite au niveau du deuxième espace intercostal. L'apparition d'un patient présentant un anévrisme de l'aorte ascendante, un gonflement des veines du cou et un gonflement des extrémités indique un effet de compression sur la veine cave supérieure.

L'anévrisme, localisé dans la projection de la crosse aortique, se manifeste le plus souvent par des troubles respiratoires d'intensité variable, apparaissant sous l'effet de la compression exercée sur la trachée et les bronches de gros calibre. Lors de la compression de la bronche principale gauche, une atélectasie segmentaire ou lobaire se développe. Les plaintes du patient enrouement, toux persistante sans écoulement de crachats, crises d'asthme doivent être considérées comme une compression avec le sac anévrismal du nerf inférieur. Lorsqu'un anévrisme de la voûte aortique pénètre dans l'œsophage, des symptômes classiques de saignement œsophagien se développent, nécessitant une intervention médicale immédiate.

Lorsque l'anévrisme aortique est localisé dans une section descendante de grande taille, le patient présente les symptômes d'un profil neurologique simulant d'autres maladies et rendant difficile le diagnostic rapide de l'anévrisme. Avec cette pathologie, les patients font attention au syndrome douloureux prononcé dans la projection de la colonne vertébrale et à la violation de tous les types de sensibilité. Lorsque l'effet compressif de l'anévrisme sur le parenchyme pulmonaire crée les conditions propices au développement d'une pneumonie par hypoventilation, propice à la formation d'atélectasie pulmonaire. La compression de la lumière de l'œsophage se manifeste par la difficulté à déplacer le morceau de nourriture (dysphagie). Une diligence prolongée du sac anévrysmal contre le mur de l'œsophage peut former la perforation de l'œsophage, qui s'accompagne du développement d'un saignement œsophagien submassif.

Les anévrismes de l'aorte thoracique, ainsi que de la région thoracoabdominale, sont le plus souvent liés à une genèse inflammatoire dans les lésions syphilitiques. Une manifestation caractéristique de l'anévrisme de cette localisation est l'apparition d'un syndrome douloureux prononcé dans la projection de l'épigastre, provoqué par une insuffisance de l'apport sanguin aux organes de la cavité abdominale, résultant de la compression de la lumière de l'artère mésentérique supérieure.

Le développement de complications dans l'anévrisme aortique peut être observé à la fois en l'absence de mesures thérapeutiques et dans la période postopératoire. Lorsque le patient présente un anévrisme long de l'aorte ascendante, une insuffisance cardiaque se manifeste sous la forme d'une insuffisance de la valve aortique et des signes d'insuffisance cardiaque dus à une circulation déficiente dans les artères coronaires se développent. La complication la plus courante de l'anévrisme est sa rupture et le développement d'une hémorragie massive. La perte de sang lors de la rupture de l'aorte étant très importante, le développement d'un choc post-hémorragique ultrarapide est caractéristique de cette pathologie.

Anévrisme disséquant de l'aorte

Le type disséquant d'anévrisme de l'aorte de la région thoracique se forme généralement sur le fond des lésions athérosclérotiques du vaisseau aortique, associé à un effet traumatique sur la poitrine de l'hypertension artérielle avec une pression artérielle élevée. Les signes initiaux de dissection sont un décollement de l'intima aortique avec le développement ultérieur d'un hématome intrahépatique. Ainsi, le substrat pathologique de l'anévrysme aortique disséquant est un hématome intramural qui divise la paroi aortique en couches (interne et externe). Dans une situation où la séparation de la paroi aortique se produit tout au long, l'effet d'un «vaisseau dans la lumière du vaisseau» se forme.

Il existe trois principales variantes pathogéniques du développement de la stratification des anévrismes. Dans la stratification aiguë d'un anévrisme aortique, la probabilité la plus élevée de devenir fatal au cours des 4 premières heures. La durée de développement de la dissection anévrysmale avec cours subaiguë varie de cinq jours à un mois. L'évolution chronique de l'anévrisme disséquant est extrêmement rare et se caractérise par un développement lentement progressif de lésions aux parois de l'anévrisme.

Au cours de la phase aiguë de dissection de l'anévrisme aortique, le patient développe des symptômes cliniques clairs se manifestant par l'apparition d'un syndrome de douleur intense et soudaine dans la région thoracique, irradiant vers la région interscapulaire et la ceinture scapulaire supérieure. Il existe un symptôme pathognomonique du déplacement de la douleur dans la projection de la région lombaire, épigastrique et paraumbilicale, indiquant une augmentation du délaminage et une augmentation de l'hématome intrahépatique. La nature de la douleur rétrosternale est principalement paroxystique, ce qui distingue fondamentalement l'anévrisme exfoliant de la crise d'angine de poitrine.

Un examen objectif du patient peut détecter une pulsation pathologique, une auscultation d'un bruit systolique global au point d'écoute de l'aorte, avec une auscultation maximale dans la projection de l'expansion anévrysmale. Un signe indirect de stratification d'un anévrisme aortique est une forte augmentation du nombre de tensiomètres, suivie d'une forte diminution de ses indicateurs. Afin de vérifier le diagnostic, il est nécessaire que le patient effectue une radiographie des organes de la cavité thoracique et, si nécessaire, une angiographie.

Avant d'établir un diagnostic précis, le patient doit fournir des soins médicaux d'urgence, qui consistent à prendre des mesures adéquates de lutte contre les chocs et de soulagement de la douleur. Les mesures antichocs et antalgiques consistent à utiliser une solution de fentanyl à 0,005% à la dose de 1 ml, associée à une solution à 0,25% de dropéridol à une dose de 2 ml par voie intraveineuse. Au stade préhospitalier avec un anévrisme disséquant en l'absence de neuroleptanalgeticheskie signifie qu'il est nécessaire d'administrer par voie intraveineuse au patient une solution à 1% de Morphine à une dose de 1 ml avec une solution à 1% de Dimedrol à une dose de 2 ml. L’administration intramusculaire d’une solution à 0,1% d’Anaprilina à une dose de 1 ml n’est recommandée que dans le cas d’une augmentation de la pression artérielle, sans aucun signe de syndrome bronchospastique. Après avoir fourni des soins médicaux primaires à un patient présentant un anévrisme disséquant de l'aorte, il est nécessaire d'être hospitalisé dans un hôpital de chirurgie cardiaque.

Anévrisme de l'aorte abdominale

Parmi les chirurgiens cardiaques, il existe une opinion selon laquelle, dans le développement de l'anévrisme localisé dans l'aorte abdominale, la prédisposition génétique est primordiale. En outre, un anévrisme de l'aorte abdominale peut atteindre des tailles très importantes, dépassant 80 mm, ce qui augmente considérablement le risque de développer non pas un faisceau, mais une rupture de la paroi du vaisseau. Cette localisation de l'anévrisme est caractérisée par le plus haut taux de développement de complications sous la forme d'une rupture de la paroi vasculaire et le taux de mortalité est de 60%.

Comme avec les autres localisations d'un anévrisme aortique, l'expansion anévrysmale de la partie abdominale se développe le plus souvent dans la projection d'une section de la paroi vasculaire altérée par l'athérosclérose. La deuxième place dans la structure des facteurs étiologiques provoquant le développement de l'anévrisme prend un effet traumatique sur la cavité abdominale et des lésions traumatiques des os de la colonne vertébrale. Les anévrismes syphilitiques de cette localisation sont extrêmement rares et constituent plutôt une exception à la règle.

Le premier signe d'un anévrisme localisé dans l'aorte abdominale est la sensation de pulsation pathologique ressentie par le patient dans la cavité abdominale. Le développement d'un syndrome douloureux typique n'est pas caractéristique d'un anévrisme aortique de cette localisation. Cependant, certains patients peuvent ressentir une sensation de gêne dans le dos, qui diminue avec les mouvements du corps.

L'apparition d'un patient souffrant du syndrome de la douleur de la ceinture dans le haut de l'abdomen et le dos est le critère clinique le plus ancien pour le développement de la rupture d'un anévrisme. Cette pathologie se caractérise par une augmentation semblable à la foudre des manifestations de choc causées par un saignement massif dans la cavité abdominale. En l'absence d'une intervention chirurgicale rapide, la dissection de l'anévrisme de l'aorte abdominale dans un court laps de temps provoque l'apparition d'une issue fatale.

Diagnostic de l'anévrisme aortique

signes cliniques typiques d'anévrisme de l'aorte de tout lieu apparaissant seulement au stade des effets de compression sur les organes internes environnants, donc basées uniquement sur le tableau clinique au moment du diagnostic est impossible. Très souvent, l'anévrisme aortique de vérification se produit au moment examen du patient prévu en utilisant l'outil de techniques de dépistage de routine. Lorsque de grandes quantités de dilatation anévrismale cardiologue et un anévrisme typique localisation expérimentés peuvent détecter les symptômes objectifs même au anatomopathologiques stade de l'examen du patient primaire, mais la vérification du diagnostic final est possible seulement après en utilisant des techniques d'imagerie outil spécifique.

Déjà lors de l'exécution examen radiologique de routine dans la plupart des cas, il est possible d'interpréter correctement l'anévrisme du motif, qui est visualisé comme une expansion significative de l'aorte, la structure de polarisation du plancher de médiastin supérieur dans la direction opposée. Afin de préciser la localisation du patient d'anévrisme est opportun de procéder à des rayons X de la cavité de la poitrine avec un oesophage de contraste oral. anévrisme aortique durée longue provoque nécessairement le dépôt de sels de calcium sur ses parois, qui peut être visualisé sur les radiographies avec examen polypositional. Dans une situation où un anévrisme, localisé dans l'aorte abdominale sont les principaux paramètres de l'observation fluoroscopique de la cavité abdominale peuvent être visualisées uzuratsiyu vertèbres lombaires et avec très prononcé prolongement calcification de la paroi aortique anévrismale.

L'échographie fait référence à la méthode d'imagerie de l'anévrisme la plus courante, en particulier l'aorte abdominale. Les signes échographiques de l'anévrisme sont une expansion significative de la lumière de l'aorte dans tout le vaisseau, ainsi qu'une lésion athéroscléreuse de la paroi vasculaire.

Pour évaluer l'état des parois du sac anévrysmal et les signes de dissection existants de l'anévrisme, il est recommandé au patient de réaliser une tomodensitométrie. Cependant, la recherche la plus fiable concernant le diagnostic d'un anévrisme aortique est l'angiographie, qui permet de déterminer avec la plus grande précision la localisation du sac anévrysmal, sa longueur et les indications d'une intervention chirurgicale.

Traitement de l'anévrisme aortique

Dans toutes les situations, la vérification du diagnostic "d'anévrisme de l'aorte" n'est pas à la base du recours à une intervention chirurgicale. Cependant, les critères qui constituent un argument indiscutable dans la décision d'un traitement chirurgical sont plutôt étroits. Par exemple, les paramètres critiques de la dilatation anévrismale, supérieurs à 5 cm, constituent un critère absolu pour la résection chirurgicale de l'aorte. De plus, les anévrismes de localisation variée sont sujets à une ablation rapide, présentant tous les signes d'une possible rupture aortique et un risque accru de complications thromboemboliques. La croissance progressive rapide du sac anévrysmal, dépassant 5 mm en six mois, est également une indication incontestable pour la chirurgie.

Notez que la taille limite d'un anévrisme de l'aorte peut se produire avec un compromis hémodynamique grave nécessitant une correction, par conséquent, en l'absence de mesures correctives, cette pathologie a un parcours très défavorable et le pronostic pour le plan médical et chirurgical des patients. La mort subite est généralement la conséquence d'une hémorragie massive et le développement de choc hémorragique qui se produit au vaisseau aortique mur de rupture, mais ils ne devraient pas oublier le risque de mortalité due au développement de l'insuffisance cardiaque décompensée, qui a une longue durée et menace de l'état de vie du patient.

Actuellement, l'introduction réussie dans la pratique chirurgicale du profil cardiaque des méthodes les plus récentes de traitement de l'anévrisme aortique permet d'améliorer la qualité et la durée de vie des personnes atteintes de cette pathologie. Selon les statistiques mondiales, le taux de survie à cinq ans des patients en période postopératoire atteint 80%, ce qui est un indicateur de l'efficacité et de la faisabilité du traitement chirurgical d'un anévrisme aortique.

Dans une situation où le patient a une contre-indication à la chirurgie, tels que plus l'âge ou la présence de comorbidités au stade de décompensation, il est recommandé l'utilisation d'un traitement médical de soutien, qui repose sur des médicaments nombre antihypertenseur du groupe A bêta-bloquants (obzidan une dose quotidienne de 80 mg par voie orale). Comme l'action des préparations de directivité etiopathogenetic préférable holesterinsnizhayuschim signifie que la prévention de la progression de la maladie cardiaque athérosclérotique et vasculaire (atorvastatine à une dose journalière de 20 mg pendant au moins deux mois). Bien entendu, les activités de modification du mode de vie constituent une bonne prévention de la progression ultérieure des maladies, qui sont à la base du développement de l'anévrisme.

Anévrisme de l'aorte

La portée et les méthodes d'intervention chirurgicale dépendent principalement de la localisation de l'expansion anévrysmale. Ainsi, avec l'anévrisme existant de l'aorte ascendante, il est conseillé d'effectuer l'opération à travers la sternotomie médiane. La première étape du bénéfice opérationnel est l'exposition de l'aorte et sa fermeture de la circulation générale, pour laquelle une pince spéciale est placée à une distance de 20 mm du col du sac anévrysmal. L'excision de l'anévrisme précis doit être complète. Toutefois, au-dessus du point de chevauchement de la pince, il est nécessaire de conserver la zone de la paroi vasculaire inchangée d'une longueur d'au moins 10 mm. Après l'excision de l'anévrisme, la surface de la plaie est suturée, et avec un grand défaut, vous pouvez utiliser la technique du limage d'un lambeau synthétique.

Avec la forme en fuseau de l'anévrisme de l'aorte ascendante, il se produit une expansion intraluminale diffuse dans une large mesure, de sorte que la chirurgie est réalisée à condition d'utiliser la machine cœur-poumon. L'exposition directe de l'aorte permet d'imposer un clamp transversal à l'aorte au-dessus de la projection de la tige brachycéphale. Un sac anévrismal est ouvert simultanément à l'introduction d'une canule spéciale dans les orifices des artères coronaires afin d'améliorer la perfusion coronaire. En raison du fait que l'anévrisme en forme de fuseau occupe une grande partie de l'aorte, l'intervention chirurgicale implique la résection de l'aorte sur une longue distance, suivie du remplacement du défaut par une allogreffe.

Dans le cas où le patient présente des complications d'un anévrisme aortique sous la forme d'un développement d'insuffisance de la valve aortique, la chirurgie est effectuée par étapes. Initialement, la valve aortique est remplacée, suivie de la résection aortique et de la mise en place d'une allogreffe.

Le traitement chirurgical des anévrismes de la crosse aortique est effectuée uniquement sous circulation extracorporelle et est appliquée aux bornes de l'arc aortique dans le but d'éteindre les artères des arcs aortiques avec les déchets de la circulation sanguine. L'avantage opérationnel dans ce cas consiste en la résection de l'aorte modifiée, suivie du remplacement par l'allogreffe.

La chirurgie pour enlever l'anévrisme de l'aorte, localisée dans la projection de sa partie descendante, satisfait avec utilisation partielle de la circulation extracorporelle, tandis que les vaisseaux alimentant la moitié supérieure du corps, ne pas éteindre de la circulation. L'accès chirurgical à la résection est une thoracotomie gauche avec ouverture ultérieure de la cavité péricardique. L'imposition de clips sur l'aorte doit être réalisée dans le sens transversal. Résection modifié portion anévrismale de l'aorte et l'allogreffe subséquente Insertion faite aux parties de la paroi de la cuve restant, après quoi les pinces doivent être enlevés.

L'intervention chirurgicale consistant à disséquer l'anévrisme du vaisseau aortique est un critère absolu pour la réalisation d'une intervention chirurgicale par sternotomie médiane. Le plus souvent, la résection d'une aorte étendue modifiée est accompagnée du remplacement de la valvule aortique par une valvule artificielle.

Lorsque l'anévrisme thoraco accès la plus favorable est incision thoracotomie avec dissection des nervures et le dôme du diaphragme au niveau de l'aorte, puis effectuer le déplacement de la cavité abdominale pour accéder à l'extension rétropéritonéale anévrismal. Avec la formation de la dérivation se fait alors allogreffe anastomose branches artérielles étendant à partir de l'aorte à la prothèse.

Anévrisme aortique - quel médecin aidera? En présence ou en cas de suspicion du développement d'un anévrisme de l'aorte, vous devez immédiatement consulter un médecin tel qu'un cardiologue et un chirurgien cardiologue.

Pinterest