Infarctus du myocarde - symptômes, traitement, effets et prévention

L'infarctus du myocarde est une affection aiguë, une forme clinique de coronaropathie, caractérisée par une insuffisance totale ou partielle de l'apport sanguin dans la région du muscle cardiaque et par sa nécrose. Cela entraîne des perturbations dans le travail de tout le système cardiovasculaire et menace la vie du patient.

La cause principale et la plus fréquente d'infarctus du myocarde est une violation du flux sanguin dans les artères coronaires, laquelle alimente le muscle cardiaque en sang et, en conséquence, en oxygène. Le plus souvent, cette violation se produit dans le contexte de l'athérosclérose des artères, dans laquelle des plaques d'athérosclérose se forment sur les parois des vaisseaux sanguins. Ces plaques rétrécissent la lumière des artères coronaires et peuvent également contribuer à la destruction des parois vasculaires, ce qui crée des conditions supplémentaires pour la formation de caillots sanguins et de sténoses artérielles.

Facteurs de risque d'infarctus du myocarde

Un certain nombre de facteurs augmentent considérablement le risque de développer cette affection aiguë:

  1. Athérosclérose La perturbation du métabolisme lipidique, dans laquelle des plaques d'athérosclérose se forment sur les parois des vaisseaux sanguins, est un facteur de risque majeur du développement de l'infarctus du myocarde.
  2. Âge Le risque de développer la maladie augmente après 45 à 50 ans.
  3. Paul Selon les statistiques, cette affection aiguë survient chez les femmes 1,5 à 2 fois plus souvent que chez les hommes et le risque d'infarctus du myocarde chez les femmes ménopausées est particulièrement élevé.
  4. L'hypertension. Les personnes souffrant d'hypertension ont un risque accru de catastrophes cardiovasculaires, car la demande en oxygène du myocarde augmente avec l'augmentation de la pression artérielle.
  5. Un infarctus du myocarde, même de petite taille.
  6. Le tabagisme Cette dépendance entraîne des perturbations dans le travail de nombreux organes et systèmes de notre corps. En cas d'intoxication chronique à la nicotine, les artères coronaires se rétrécissent, entraînant un apport insuffisant en oxygène au myocarde. Et nous ne parlons pas seulement de tabagisme actif, mais aussi de passif.
  7. L'obésité et l'hypodynamie. Lorsqu'une violation du métabolisme des graisses accélère le développement de l'athérosclérose, l'hypertension augmente le risque de diabète. Le manque d'activité physique affecte également le métabolisme du corps, ce qui explique en partie l'accumulation de surpoids.
  8. Le diabète. Les patients diabétiques courent un risque élevé d'infarctus du myocarde, car une glycémie élevée a un effet néfaste sur les parois des vaisseaux sanguins et de l'hémoglobine, ce qui nuit à sa fonction de transport (transfert d'oxygène).

Symptômes de l'infarctus du myocarde

Cette maladie aiguë présente des symptômes assez spécifiques, et ils sont généralement tellement prononcés qu’ils ne peuvent passer inaperçus. Néanmoins, il convient de rappeler qu'il existe également des formes atypiques de cette maladie.

Dans la très grande majorité des cas, les patients présentent une forme typique d'infarctus du myocarde douloureuse, ce qui permet au médecin de diagnostiquer correctement la maladie et de commencer immédiatement son traitement.

Le symptôme principal de la maladie est une douleur intense. La douleur provoquée par l'infarctus du myocarde est localisée derrière le sternum, elle brûle au poignet, certains patients la qualifient de «déchirante». La douleur peut être administrée au bras gauche, à la mâchoire inférieure, à la région interscapulaire. L’apparition de ce symptôme n’est pas toujours précédée par un exercice physique, la douleur survient souvent au repos ou pendant la nuit. Les caractéristiques décrites du syndrome de la douleur sont similaires à celles d'une attaque d'angine de poitrine, même si elles présentent des différences nettes.

Contrairement à une attaque de sténocardie, la douleur causée par un infarctus du myocarde dure plus de 30 minutes et ne s’arrête pas au repos ni lors de l’administration répétée de nitroglycérine. Il convient de noter que même dans les cas où une attaque douloureuse dure plus de 15 minutes et que les mesures prises sont inefficaces, il est nécessaire d'appeler immédiatement la brigade des ambulances.

Formes atypiques d'infarctus du myocarde

L'infarctus du myocarde, survenant sous une forme atypique, peut poser des difficultés au médecin lors du diagnostic.

Option gastritique. Le syndrome douloureux résultant de cette forme de maladie ressemble à la douleur provoquée par l’exacerbation de la gastrite et est localisé dans la région épigastrique. À l'examen, une tension musculaire dans la paroi abdominale antérieure peut être observée. En règle générale, cette forme d'infarctus du myocarde se produit lors de la défaite des sections inférieures du ventricule gauche, adjacentes au diaphragme.

Option asthmatique. Rappelle une crise d'asthme bronchique grave. La suffocation du patient, la toux avec des expectorations mousseuses (mais peut être sèche), tandis que le syndrome douloureux typique est absent ou faiblement exprimé. Dans les cas graves, un œdème pulmonaire peut se développer. À l'examen, une perturbation du rythme cardiaque, une diminution de la pression artérielle et une respiration sifflante dans les poumons peuvent être détectées. Le plus souvent, la forme asthmatique de la maladie survient en cas d'infarctus du myocarde à répétition, ainsi que dans le contexte d'une cardiosclérose grave.

Option arythmique. Cette forme d'infarctus du myocarde se manifeste sous la forme de diverses arythmies (extrasystoles, fibrillation auriculaire ou tachycardie paroxystique) ou de blocages auriculaires à divers degrés. En raison d'un trouble du rythme cardiaque, l'infarctus du myocarde peut être masqué sur un électrocardiogramme.

Variante cérébrale. Elle est caractérisée par une circulation sanguine altérée dans les vaisseaux cérébraux. Les patients peuvent se plaindre de vertiges, de maux de tête, de nausées et de vomissements, d'une faiblesse des membres et de troubles de la conscience.

Option indolore (forme effacée). Cette forme d'infarctus du myocarde pose les plus grandes difficultés de diagnostic. Le syndrome douloureux peut être complètement absent, les patients se plaignent de douleurs thoraciques indéfinies et d'une transpiration accrue. Le plus souvent, cette forme gommée de la maladie se développe chez les patients atteints de diabète sucré et est très difficile.

Parfois, dans le tableau clinique de l'infarctus du myocarde, il peut y avoir des symptômes de différentes variantes de la maladie, mais le pronostic dans ce cas est malheureusement défavorable.

Traitement de l'infarctus du myocarde

Un patient peut être suspecté d'infarctus du myocarde si:

  • une sensation de brûlure à la poitrine dure plus de 5 à 10 minutes;
  • l'intensité du syndrome douloureux ne diminue pas au repos, dans le temps et après la prise de nitroglycérine, même à plusieurs reprises;
  • syndrome de douleur est accompagné par l'apparition d'une faiblesse grave, des nausées, des vomissements, des maux de tête et des vertiges.

Si vous soupçonnez un infarctus du myocarde, vous devez immédiatement appeler l’équipe d’ambulances et commencer à aider le patient. Plus tôt le patient reçoit les premiers soins, plus le pronostic est favorable.

Il est nécessaire de réduire la charge sur le cœur. Pour ce patient, vous devez vous allonger la tête haute. Il est nécessaire de fournir de l'air frais et d'essayer de calmer le patient, vous pouvez donner un sédatif

Un comprimé de nitroglycérine et un comprimé d’aspirine doivent être administrés au patient sous la langue (vous pouvez le préparer au préalable).

S'il existe des médicaments du groupe des bêta-bloquants (aténolol, métaprolol), il est alors nécessaire de donner au patient 1 comprimé à mâcher. Si le patient prend constamment ces médicaments, vous devez en prendre une dose extraordinaire.

Pour réduire l'intensité du syndrome douloureux, il est nécessaire d'administrer au patient un médicament anesthésique (analgine, baralgin, pentalgin, etc.).

De plus, le patient peut prendre une pilule de panangin ou 60 gouttes de Corvalol.

Si vous suspectez un arrêt cardiaque (perte de conscience, arrêt respiratoire, manque de pouls et réaction à des stimuli externes), vous devez immédiatement commencer la réanimation (massage cardiaque indirect et respiration artificielle). Si le patient ne reprend pas conscience, ils doivent être poursuivis jusqu'à l'arrivée des médecins.

Assistance qualifiée en cas d'infarctus du myocarde en phase préhospitalière

La tâche principale dans le traitement des patients présentant un infarctus du myocarde est de rétablir et de maintenir la circulation sanguine dans la zone touchée du myocarde le plus rapidement possible. La santé et la vie des patients dépendent en grande partie de l'assistance fournie dans la phase préhospitalière.

L’une des tâches les plus importantes des ambulanciers consiste à soulager une crise douloureuse, car, du fait de l’activation du système sympatho-surrénalien, la charge cardiaque et la demande en oxygène du myocarde augmentent, ce qui aggrave encore l’ischémie de la région touchée du muscle cardiaque. Les médecins doivent souvent utiliser des analgésiques narcotiques pour soulager les douleurs thoraciques, la morphine étant le plus souvent utilisée au stade préhospitalier. Si l'effet anesthésique de l'utilisation d'analgésiques narcotiques est insuffisant, une administration intraveineuse de nitrodrogues ou de bêta-bloquants est possible.

La restauration du débit sanguin coronaire est une tâche tout aussi importante pour les médecins qui traitent un patient souffrant d'un infarctus du myocarde. En l'absence de contre-indications, le médecin peut entamer une thrombolyse en ambulance. Cette procédure n’est pas indiquée pour tous les patients atteints d’infarctus du myocarde, le médecin en détermine les indications en fonction des résultats d’un électrocardiogramme. L’efficacité de la thrombolyse dépend directement du moment de son apparition; avec l’introduction de médicaments thrombolytiques dans les premières heures qui suivent une catastrophe cardiovasculaire, le risque de rétablissement du flux sanguin dans le myocarde est assez élevé.

La décision de suspendre la thrombolyse au stade du transport à l'hôpital dépend du facteur temps. L’introduction de la drogue commence chez le médecin de l’équipe médicale d’ambulance, si le temps de transport du patient à l’hôpital dépasse 30 minutes.

Traitement de l'infarctus du myocarde à l'hôpital

Le meilleur moyen de rétablir le flux sanguin et la perméabilité des artères coronaires est une angioplastie immédiate du vaisseau, au cours de laquelle une endoprothèse vasculaire est insérée dans l'artère. La pose d'un stent est également nécessaire dans les premières heures suivant l'apparition de l'infarctus du myocarde. Dans certains cas, le seul moyen de sauver le muscle cardiaque est un pontage coronarien d'urgence.

Un patient souffrant d'un infarctus du myocarde est hospitalisé dans l'unité de soins intensifs et, si nécessaire, dans l'unité de soins intensifs, où, à l'aide de dispositifs spéciaux, les médecins peuvent surveiller en permanence l'état du patient.

Un grand nombre de groupes de médicaments peuvent être utilisés dans le traitement de cette maladie, car dans le traitement de l'infarctus du myocarde, plusieurs tâches doivent être effectuées à la fois:

  • la prévention des caillots sanguins et de l’éclaircie sanguine est réalisée à l’aide de médicaments appartenant aux groupes des anticoagulants, des agents antiplaquettaires et des agents antiplaquettaires;
  • On parvient à limiter les dommages au myocarde en réduisant la demande en oxygène du muscle cardiaque, pour laquelle des médicaments sont utilisés dans les groupes des bêta-bloquants et des inhibiteurs de l'ECA (enzyme de conversion de l'angiotensine);
  • la réduction du syndrome douloureux est obtenue par l'utilisation d'analgésiques non narcotiques et narcotiques; les préparations de nitropre qui réduisent également la demande en oxygène du myocarde et réduisent la charge sur le cœur ont un effet anti-angineux;
  • pour normaliser le niveau de pression artérielle, on prescrit au patient des antihypertenseurs;
  • lorsqu'un trouble du rythme cardiaque se produit, des médicaments anti-arythmiques sont prescrits au patient.

Tous les groupes de médicaments pouvant être utilisés pour traiter l'infarctus du myocarde ne sont pas répertoriés. Les tactiques thérapeutiques dépendent de l'état général du patient, de la présence de maladies concomitantes des reins, du foie et d'autres organes, ainsi que de nombreux autres facteurs. Par conséquent, le traitement de cette maladie grave ne doit être effectué que par un médecin qualifié. L'auto-traitement est inacceptable et peut entraîner la mort du patient.

Conséquences de l'infarctus du myocarde

Les conséquences de l'infarctus du myocarde ont toujours une incidence négative sur l'état de l'organisme. Bien sûr, cela dépend de l’ampleur des dommages au myocarde. Les patients qui ont eu un infarctus du myocarde développent souvent des troubles du rythme cardiaque. En raison de la nécrose de la région myocardique et de la formation de la cicatrice, la fonction contractile du cœur diminue, entraînant l'apparition d'une insuffisance cardiaque.

Un anévrisme cardiaque peut survenir à la suite d'une crise cardiaque étendue et de la formation d'une grande cicatrice. Cette pathologie menace la vie du patient et nécessite un traitement chirurgical. L'anévrisme ne fait pas qu'aggraver le travail du cœur, il augmente également le risque de formation de caillots sanguins et le risque de rupture est grand.

Prévention de l'infarctus du myocarde

La prévention de cette maladie est divisée en primaire et secondaire. Le premier vise à prévenir la survenue d'un infarctus du myocarde, et le second - à prévenir la récurrence d'un accident cardiovasculaire chez ceux qui ont déjà souffert. La prévention est nécessaire non seulement pour les patients souffrant de maladies cardio-vasculaires, mais également pour les personnes en bonne santé, et elle consiste à éliminer les facteurs qui augmentent le risque de catastrophes cardiovasculaires.

  1. Contrôler le poids corporel. Chez les personnes en surpoids, la charge sur le cœur augmente, le risque de développer une hypertension et le diabète augmente.
  2. Exercice régulier. L'activité physique contribue à améliorer le métabolisme et, par conséquent, à réduire le poids corporel. Il a été prouvé que l'exercice régulier réduit de 30% le risque d'infarctus du myocarde à répétition chez ceux qui l'ont déjà eu. Un ensemble d'exercices et le niveau de stress est choisi par le médecin.
  3. Rejet des mauvaises habitudes. Les scientifiques ont prouvé depuis longtemps que le tabagisme et l'abus d'alcool augmentaient considérablement le risque de développer des maladies cardiovasculaires. Pour les personnes qui ne veulent pas abandonner leurs habitudes néfastes, le risque d'infarctus du myocarde à répétition est multiplié par 2.
  4. Contrôler le taux de cholestérol dans le sang. Il est conseillé à toutes les personnes âgées de plus de 45 ans de surveiller régulièrement le métabolisme des lipides, car l’athérosclérose, qui se développe lorsque celle-ci est perturbée, est l’une des principales causes des accidents cardiovasculaires.
  5. Contrôle de la pression artérielle. Avec une augmentation persistante de la pression artérielle supérieure à 140/90 mm Hg. st. sa correction médicale est nécessaire, car avec l'hypertension artérielle, la charge sur le coeur est considérablement augmentée.
  6. Contrôler la glycémie. Cela est nécessaire pour identifier les violations du métabolisme des glucides et prévenir le diabète, ce qui augmente également le risque d'infarctus du myocarde.
  7. Régime alimentaire Il est recommandé de limiter l'utilisation de sel de table, d'aliments contenant de grandes quantités de cholestérol et de graisses réfractaires. Dans le régime alimentaire devrait augmenter le nombre de fruits et légumes contenant des fibres, des vitamines et des minéraux et des fruits de mer.
  8. Prendre des médicaments contenant de l'acide acétylsalicylique. Depuis plusieurs décennies, l'aspirine (acide acétylsalicylique) est utilisée pour prévenir la thrombose et les maladies coronariennes, mais son utilisation pendant longtemps peut entraîner des problèmes aux voies gastro-intestinales, tels que brûlures d'estomac, gastrite, nausées, douleurs à l'estomac, etc.
    Pour réduire le risque de tels effets indésirables, il est nécessaire de prendre de l'argent dans un enrobage entérique spécial. Par exemple, vous pouvez utiliser le médicament "Thrombo ACC®" *, dont chaque comprimé est recouvert d’un enrobage gastro-résistant qui résiste aux effets de l'acide chlorhydrique de l'estomac et qui ne se dissout que dans l'intestin. Cela évite le contact direct avec la muqueuse gastrique et réduit le risque de brûlures d'estomac, d'ulcères, de gastrite, de saignements, etc.

Quel médecin contacter

Avec des symptômes ressemblant à un infarctus du myocarde, appelez une ambulance. Un patient souffrant d'une crise cardiaque est traité par un cardiologue. Il effectue également une rééducation et un suivi après une maladie. Si des stents ou des manœuvres sont nécessaires, ils sont effectués par un chirurgien cardiaque.

Rééducation après un infarctus du myocarde:

Infarctus cardiaque étendu

Qu'est-ce qu'une crise cardiaque massive?

L'ischémie et la nécrose des tissus, qui couvrent de grandes surfaces du muscle cardiaque, constituent un infarctus du myocarde étendu. Une crise cardiaque étendue est une pathologie très grave dans laquelle environ 40% des patients décèdent sans attendre de l'aide médicale. Le plus souvent, une crise cardiaque étendue est transmurale lorsque toutes les couches du myocarde sont exposées à la nécrose.

L'infarctus étendu est inclus dans la classification de l'infarctus du myocarde et, en termes de prévalence, il occupe le troisième rang, après les petites lésions focales et les grandes focales. Des crises cardiaques étendues provoquent une intoxication du corps par des produits de dégradation des tissus, et des masses nécrotiques au centre de la cible peuvent persister non seulement des semaines, mais même des mois.

Symptômes de crise cardiaque étendue

Les symptômes d'une crise cardiaque étendue sont presque impossibles à distinguer des symptômes d'un petit infarctus focal. De même, il n'est pas possible de déterminer la zone touchée avec une précision de 100% uniquement par des signes cliniques.

Cependant, pour une crise cardiaque généralisée, les symptômes les plus prononcés du processus pathologique en cours sont les plus souvent caractérisés, parmi lesquels:

Douleurs sévères qui se produisent soudainement. Ils sont localisés derrière le sternum, peuvent avoir un caractère différent (brûler, couper, presser, éclater);

La nitroglycérine ne permet pas d'éliminer les douleurs persistantes.

La douleur peut être donnée dans les omoplates, dans le cou, dans l'épaule droite;

Il y a une transpiration abondante avec l'apparition d'une sueur froide collante;

Une faiblesse générale sévère est caractéristique d'une lésion étendue du muscle cardiaque;

Une personne a peur de la mort, l'anxiété augmente.

Les symptômes décrits apparaissent chez 75 à 90% des patients et se caractérisent par une forme angulaire (typique) de crise cardiaque.

Si nous considérons des options atypiques pour le déroulement d'une crise cardiaque massive, les symptômes seront légèrement différents:

L'infarctus asthmatique est caractérisé par l'apparition d'asphyxie et d'essoufflement, de palpitations et d'orthopnées. Les douleurs sont bénignes, voire nulles;

La variante gastralgique d'une crise cardiaque étendue se manifeste par une douleur localisée dans le haut de l'abdomen. En parallèle, des troubles dyspeptiques surviennent;

Dans le cas d’une variante arythmique du déroulement d’une crise cardiaque étendue, l’accélération du rythme cardiaque, des perturbations du travail du cœur, son «évanouissement» se manifestent;

Dans l’infarctus cérébrovasculaire, des symptômes tels que vertiges, perte de conscience, nausée et vomissements sont observés.

La forme malosymptomatique de la maladie avec une crise cardiaque étendue ne se produit presque jamais.

Causes de crise cardiaque étendue

La cause de la crise cardiaque étendue dans 98% des cas est une manifestation aiguë de la maladie coronarienne, dans laquelle les artères coronaires subissent des changements athérosclérotiques. La thrombose des artères coronaires du siècle dernier était considérée comme l'unique cause d'une crise cardiaque massive.

Pour le moment, cette pathologie cardiaque peut se développer pour plusieurs autres raisons:

Malformations congénitales des artères coronaires;

Blocage des grandes artères par des parties de la tumeur, par des végétations;

Processus inflammatoires affectant les artères coronaires du cœur;

Formation d'hématome près de l'embouchure de l'artère coronaire à la suite de l'exfoliation de l'aorte ascendante;

Thrombose de l'artère coronaire due à un CID;

Formations oncologiques du coeur. Dans ce cas, une crise cardiaque importante peut survenir en raison d'une nécrose de la tumeur, due au blocage de l'artère coronaire.

Cancer extracardiaque, en germination et métastatique à l'artère coronaire;

L'usage de drogues provoquant des spasmes des artères coronaires (amphétamine, cocaïne);

Blessures d’origine mécanique, ainsi qu’un choc électrique;

Iatrogène en raison d'interventions chirurgicales sur le cœur et l'artère coronaire.

À partir d’une petite lésion focale du myocarde, un infarctus étendu se distingue par le fait qu’une obstruction qui viole le flux sanguin se produit dans une artère plus grande. L'occlusion est généralement exposée au tronc principal de l'artère coronaire gauche.

La taille de l'infarctus est déterminée par les facteurs suivants:

Le degré de sténose des artères coronaires;

Le degré de violation de la circulation collatérale;

Le niveau de chevauchement du tronc artériel (embolie ou thrombose);

Fonctionnalité du myocarde.

Plus le degré de perturbation est élevé, plus la lésion sera étendue.

Étapes d'une crise cardiaque étendue

Compte tenu du stade de crise cardiaque étendue, on peut distinguer cinq périodes consécutives:

Le stade prodromique, au cours duquel les crises d'angor s'intensifient. La durée de cette étape est de plusieurs heures à plusieurs semaines;

La phase la plus aiguë au cours de laquelle l’ischémie se manifeste avec l’apparition ultérieure d’un site de nécrose du myocarde. La durée de cette étape est de 20 minutes à 2 heures;

Stade aigu au cours duquel se poursuit la nécrose du myocarde, suivi de la fusion enzymatique du tissu musculaire endommagé du cœur (myomalacie tissulaire). La durée de cette étape est de deux jours à deux semaines;

Le stade subaigu, au cours duquel les processus de cicatrisation des tissus sont déclenchés, et les zones ayant subi une nécrose sont remplacées par du tissu de granulation. Cette étape dure 1-2 mois;

Le stade post-infarctus, au cours duquel la cicatrice continue à se former, et le myocarde s’adapte aux nouvelles conditions dans lesquelles il doit fonctionner.

Conséquences d'une crise cardiaque étendue

La gravité d'une maladie cardiaque organique entraîne les conséquences graves d'une crise cardiaque massive, notamment:

La rupture du muscle cardiaque, qui est le plus souvent observée chez les patients ayant eu une crise cardiaque transmurale. L'issue fatale dans ce cas vient toujours. La rupture du coeur survient généralement le premier jour d'une crise cardiaque massive, principalement la paroi antérieure du ventricule gauche est endommagée.

Choc cardiogénique, qui se forme le plus souvent avec un infarctus antérieur étendu sur le fond des lésions des artères coronaires et une nécrose de plus de 40% de la masse du myocarde ventriculaire gauche. Si un patient subit un véritable choc cardiogénique, le taux de mortalité atteint 90%. Il s'exprime en tachycardie, inhibition et faiblesse. La peau devient très pâle, leur humidité augmente, la pression artérielle diminue fortement;

Œdème pulmonaire. Premièrement, le patient développe un œdème pulmonaire interstitiel qui, en l’absence d’assistance adéquate, se transforme en œdème alvéolaire avec essoufflement, faiblesse respiratoire, respiration sifflante humide, toux avec séparation des expectorations rose mousseuse. La mortalité par infarctus du myocarde, compliquée par un œdème pulmonaire, atteint 25%.

En outre, les conséquences d’une crise cardiaque étendue sont l’insuffisance de la valve mitrale (25 à 50% des patients), l’anévrysme du ventricule gauche (7 à 15% des patients), le syndrome post-infarctus (4 à 10% des patients), la thromboembolie (10 à 15% des patients), les troubles. rythme cardiaque, fibrillation auriculaire, arythmies ventriculaires, tachycardie sinusale et bradycardie.

Quelles sont les chances de survivre à une crise cardiaque massive?

Les statistiques indiquent qu'après une crise cardiaque massive, environ 40% des patients décèdent au cours de la phase préhospitalière. Aucun spécialiste ne répondra à la question sur les chances de survie après une crise cardiaque massive.

Cependant, le risque de décès peut être calculé à l'aide de l'échelle d'évaluation GRACE. Il convient de noter qu’une large zone de lésion du myocarde est considérée comme un facteur pronostique défavorable, de même que l’âge avancé du patient, une pression artérielle élevée, des signes d’insuffisance cardiaque congestive, etc. Les critères sont notés, les points sont résumés, puis le risque de décès du patient est calculé (faible, moyenne). élevé).

Combien vivent après une crise cardiaque massive?

De nombreux facteurs affectent la longévité après une crise cardiaque massive. Si, au début de la période, il s'agit de la présence de complications, de l'ampleur de la lésion et de l'âge du patient, il est alors tenu compte des recommandations du médecin et du maintien d'un mode de vie sain. Pour prolonger la vie, il est nécessaire de prendre des médicaments, de ne pas enfreindre le schéma thérapeutique, d'abandonner les mauvaises habitudes, de réduire le surpoids.

Cela vaut la peine de considérer que si après un infarctus de petite envergure, il faut environ 8 semaines pour se rétablir, après un infarctus étendu, il est souvent insuffisant pour une demi-année.

Si vous vous référez aux statistiques, cela indique que 19% des patients ne franchissent pas le seuil de survie à cinq ans et décèdent, soit à la suite d'une récidive d'une crise cardiaque, soit à cause de ses complications.

Traitement et rééducation après une crise cardiaque massive

Le traitement et la réadaptation d'un patient souffrant d'une crise cardiaque étendue doivent être effectués sous la stricte surveillance d'un médecin dans un hôpital. Toute personne suspectée d'un infarctus du myocarde est hospitalisée d'urgence dans l'unité de soins intensifs.

Élimination du syndrome de la douleur. Avant l'arrivée des ambulanciers, les patients prennent le plus souvent 0,5 mg de nitroglycérine sous la langue, ce qui aide à réduire la douleur. Le médicament peut être répété. Lorsque le soulagement ne vient pas, les médecins qui ont appelé à l'appel dès que possible lui ont injecté des analgésiques narcotiques. Sinon, le risque d'agrandissement de la zone de nécrose augmente considérablement, ce qui est causé par l'activation du système nerveux sympathique dans le contexte d'une attaque douloureuse. À cette fin, le sulfate de morphine est utilisé par voie intraveineuse. Si le patient vomit ou tombe très malade, on lui donne jusqu'à 20 mg de métoclopramide.

Oxygénothérapie. L'oxygène est prescrit à tous les patients présentant un infarctus du myocarde en raison d'une insuffisance cardiaque, d'un choc cardiogénique ou de troubles respiratoires.

Traitement antiplaquettaire. L'aspirine est prescrite à tous les patients, quelle que soit la durée de la maladie.

Destruction d'un caillot de sang. Le thrombus est éliminé à l'aide d'un traitement thrombolytique (streptokinase, anistreplaza, alteplaza, urokinase) ou il est détruit mécaniquement. Si ces deux méthodes ne conduisent pas à la normalisation du flux sanguin, un pontage coronarien peut être pratiqué.

Quant à la rééducation des patients ayant une crise cardiaque étendue, elle se résume aux mesures suivantes:

Effectuer des exercices thérapeutiques. Les exercices doivent être dosés. Au début, les exercices doivent être effectués sous surveillance médicale stricte. Un système construit avec compétence permet aux patients de récupérer plus rapidement après une longue immobilisation;

Régime strict. L'accent doit être mis sur les aliments d'origine végétale, la viande doit choisir des variétés diététiques (volaille, poisson maigre). Les boissons au lait aigre doivent être présentes sur la table tous les jours. Il est important de limiter la consommation de sel. Les produits ne doivent pas augmenter le taux de cholestérol dans le sang. Il est donc nécessaire d’abandonner le jaune d’œuf, le foie, le caviar, les aliments frits et gras.

Correction médicale des arythmies, de la pression artérielle, de l'insuffisance cardiovasculaire. On prescrit aux patients des hypolipémiants (atorvastatine, pravastatine, simvastatine), des agents antiplaquettaires (aspirine, ticlopidine, clopidogrel), des inhibiteurs de l'ECA, des bêta-bloquants (timolol, métoprolol, carvédilol, etc.);

Réhabilitation psychologique. Après une crise cardiaque, les patients continuent de craindre une deuxième crise et sont confus quant aux perspectives d’une vie personnelle et sociale plus longue. Pour que toutes ces angoisses ne se propagent pas dans les névroses et n'aggravent pas l'évolution de la maladie, il est nécessaire de fournir au patient une assistance psychologique compétente.

Traitement en sanatorium dans des centres de villégiature spécialisés;

Rejet des mauvaises habitudes.

Une rééducation correctement construite peut prolonger de manière significative la vie des patients après un infarctus du myocarde étendu.

Infarctus du myocarde

L'infarctus du myocarde est un centre de nécrose ischémique du muscle cardiaque, se développant à la suite d'une violation aiguë de la circulation coronaire. Il se manifeste cliniquement par des douleurs de brûlure, de compression ou de pression derrière le sternum, qui s'étendent à la main gauche, à la clavicule, à l'omoplate, à la mâchoire, à l'essoufflement, à la peur et à la transpiration. L'infarctus du myocarde développé sert d'indication pour une hospitalisation d'urgence en réanimation cardiologique. L'absence d'assistance rapide peut être fatale.

Infarctus du myocarde

L'infarctus du myocarde est un centre de nécrose ischémique du muscle cardiaque, se développant à la suite d'une violation aiguë de la circulation coronaire. Il se manifeste cliniquement par des douleurs de brûlure, de compression ou de pression derrière le sternum, qui s'étendent à la main gauche, à la clavicule, à l'omoplate, à la mâchoire, à l'essoufflement, à la peur et à la transpiration. L'infarctus du myocarde développé sert d'indication pour une hospitalisation d'urgence en réanimation cardiologique. L'absence d'assistance rapide peut être fatale.

L'infarctus du myocarde est observé 3 à 5 fois plus souvent chez les hommes âgés de 40 à 60 ans, en raison d'un développement précoce (10 ans plus tôt que les femmes) de l'athérosclérose. Après 55 à 60 ans, l'incidence chez les personnes des deux sexes est à peu près la même. Le taux de mortalité par infarctus du myocarde est compris entre 30 et 35%. Statistiquement, 15 à 20% des décès subits sont dus à un infarctus du myocarde.

Un apport sanguin réduit dans le myocarde pendant 15 à 20 minutes ou plus entraîne le développement de modifications irréversibles du muscle cardiaque et de l'activité cardiaque. L'ischémie aiguë provoque la mort d'une partie des cellules musculaires fonctionnelles (nécrose) et leur remplacement ultérieur par des fibres du tissu conjonctif, c'est-à-dire la formation d'une cicatrice post-infarctus.

Dans l'évolution clinique de l'infarctus du myocarde, il y a cinq périodes:

  • Période 1 - préinfarctus (prodromique): une augmentation et une augmentation des crises d'angine de poitrine peuvent durer plusieurs heures, jours, semaines;
  • 2 période - la plus aiguë: de l'apparition de l'ischémie à l'apparition de la nécrose du myocarde, dure de 20 minutes à 2 heures;
  • 3 périodes - aiguës: de la formation de la nécrose à la myomalacie (fusion enzymatique du tissu musculaire nécrotique), durée de 2 à 14 jours;
  • Période 4 - subaiguë: les processus initiaux de l'organisation de la cicatrice, le développement du tissu de granulation sur le site nécrotique, la durée de 4-8 semaines;
  • 5 période - post-infarctus: maturation des cicatrices, adaptation du myocarde aux nouvelles conditions de fonctionnement.

Causes de l'infarctus du myocarde

L'infarctus du myocarde est une forme aiguë de maladie coronarienne. Dans 97 à 98% des cas, une lésion athéroscléreuse des artères coronaires sert de base au développement d'un infarctus du myocarde, entraînant un rétrécissement de leur lumière. Souvent, une thrombose aiguë de la zone touchée du vaisseau se joint à l'athérosclérose des artères, provoquant un arrêt complet ou partiel de l'apport sanguin dans la zone correspondante du muscle cardiaque. La thrombose contribue à l'augmentation de la viscosité du sang observée chez les patients atteints de coronaropathie. Dans certains cas, l'infarctus du myocarde se produit sur un fond de spasme des branches des artères coronaires.

Le développement de l'infarctus du myocarde est favorisé par le diabète sucré, l'hypertension, l'obésité, la tension neuropsychique, la dépendance à l'alcool, le tabagisme. Un stress physique ou émotionnel grave sur le fond de la maladie coronarienne et de l'angine peut déclencher le développement d'un infarctus du myocarde. Plus souvent, l'infarctus du myocarde se développe dans le ventricule gauche.

Classification de l'infarctus du myocarde

En fonction de la taille des lésions focales du muscle cardiaque, un infarctus du myocarde est déclenché:

La part des petits infarctus du myocarde focal représente environ 20% des cas cliniques, mais souvent de petits foyers de nécrose du muscle cardiaque peuvent être transformés en infarctus du myocarde de grande taille (chez 30% des patients). Contrairement aux grands infarctus focaux, les anévrysmes et la rupture du cœur ne surviennent pas en cas de petits infarctus focaux. Cette dernière est moins souvent compliquée par une insuffisance cardiaque, une fibrillation ventriculaire et une thromboembolie.

En fonction de la profondeur de la lésion nécrotique du muscle cardiaque, l'infarctus du myocarde se déclenche:

  • transmural - avec nécrose de toute l'épaisseur de la paroi musculaire du cœur (souvent de grande focale)
  • intra-muros - avec nécrose dans l'épaisseur du myocarde
  • sous-endocardique - avec nécrose du myocarde dans la zone adjacente à l'endocarde
  • sous-épicardique - avec nécrose du myocarde dans la zone de contact avec l'épicarde

Selon les modifications enregistrées sur l'ECG, il existe:

  • "Infarctus Q" - avec formation d'une onde Q anormale, parfois d'un complexe QS ventriculaire (souvent un infarctus du myocarde transmural à grande focale)
  • "Pas d'infarctus Q" - non accompagné de l'apparition d'une onde Q, se traduisant par des dents en T négatives (généralement un infarctus du myocarde focal de petite taille)

Selon la topographie et en fonction de la défaite de certaines branches des artères coronaires, l'infarctus du myocarde est divisé en:

  • ventriculaire droit
  • ventriculaire gauche: parois antérieure, latérale et postérieure, septum interventriculaire

Par la multiplicité d'occurrence distinguer l'infarctus du myocarde:

  • primaire
  • récurrent (se développe dans les 8 semaines après le primaire)
  • répété (se développe 8 semaines après la précédente)

Selon l'évolution des complications, l'infarctus du myocarde est divisé en:

  • compliqué
  • peu compliqué
Par la présence et la localisation de la douleur

allouer des formes d'infarctus du myocarde:

  1. typique - avec localisation de la douleur derrière le sternum ou dans la région précordiale
  2. atypique - avec manifestations douloureuses atypiques:
  • périphérique: gauche, gauche, laryngopharyngé, mandibulaire, vertébral supérieur, gastralgique (abdominal)
  • indolore: collaptoïde, asthmatique, œdémateux, arythmique, cérébral
  • symptôme faible (effacé)
  • combiné

En fonction de la période et de la dynamique de l'infarctus du myocarde, on distingue:

  • stade d'ischémie (période aiguë)
  • stade de nécrose (période aiguë)
  • stade d'organisation (période subaiguë)
  • stade de cicatrisation (période post-infarctus)

Symptômes de l'infarctus du myocarde

Période de pré-infarctus (prodromique)

Environ 43% des patients signalent un développement soudain d'infarctus du myocarde, tandis que chez la majorité des patients, une période d'angine de poitrine progressive instable et de durée variable est observée.

La plus forte période

Les cas typiques d'infarctus du myocarde sont caractérisés par un syndrome douloureux extrêmement intense avec localisation de la douleur thoracique et irradiation au niveau de l'épaule gauche, du cou, des dents, de l'oreille, de la clavicule, de la mâchoire inférieure et de la zone de mezhlopatochnoy. La nature de la douleur peut être compressive, cambrée, brûlante, pressante, tranchante ("poignard"). Plus la lésion du myocarde est grande, plus la douleur est prononcée.

Une attaque douloureuse se produit par vagues (parfois augmentant puis s’affaiblissant), elle dure de 30 minutes à plusieurs heures et parfois quelques jours, sans arrêt par une utilisation répétée de nitroglycérine. La douleur est associée à une faiblesse, une agitation, une peur, un essoufflement graves.

Peut-être atypique pour la période la plus aiguë d'infarctus du myocarde.

Traitement de l'infarctus du myocarde à domicile

Selon les statistiques, l'infarctus du myocarde meurt dans près de la moitié des cas. C'est une conséquence du blocage des vaisseaux sanguins, à cause duquel le muscle cardiaque manque de nutrition. Le traitement traditionnel consiste en une combinaison de médicaments avec une correction de style de vie. Dans les cas avancés, une intervention chirurgicale est appliquée.

Formulaires et tableau clinique

Choisir des médicaments indépendamment et les méthodes d'amélioration sont interdites. Seul un médecin, en se concentrant sur les résultats de l'examen, sera capable de dire comment traiter un infarctus du myocarde à domicile. L'utilisation de recettes et de pilules traditionnelles sans coordination avec un spécialiste violera le schéma thérapeutique, ce qui augmentera le risque de complications et de crises cardiaques répétées. Environ une personne sur trois subit une crise cardiaque progressivement. La raison du tableau clinique grandissant est l'apparition des premières crises d'angine de poitrine et d'arythmie, la déstabilisation de l'ischémie cardiaque et l'apparition de signes d'insuffisance cardiaque. Une telle condition pré-infarctus peut toujours être inversée avec une détection rapide. Les autres formes de la maladie se caractérisent par une manifestation aiguë:

Les crises cardiaques "muettes" sont considérées comme les plus insidieuses. En réalité, ils n'apparaissent pas et sont souvent détectés lors de l'électrocardiographie.

Les symptômes les plus probables sont:

  • faiblesse générale;
  • hypotension associée à une tachycardie légère;
  • fatigue

Traitements communs

Après l'hospitalisation, le patient est sous la surveillance permanente des médecins de l'unité de soins intensifs. Ils devront surveiller l'état du système cardiovasculaire et des organes internes. En tant que traitement, les médicaments sont utilisés pour la résorption des caillots sanguins et l'amélioration de la perméabilité vasculaire. Une telle thérapie est particulièrement pertinente dans les premières heures depuis le début de l'attaque.

L’essence du traitement consiste en l’utilisation de médicaments destinés à réduire la quantité de sang en circulation. Le cœur sera moins susceptible de se contracter, ce qui réduira la demande en oxygène du myocarde et soulagera l'état du patient. Combinez le schéma de traitement principal avec des médicaments conçus pour réduire la coagulation du sang. Ils aident à prévenir la formation de caillots sanguins.

Une intervention chirurgicale est recommandée lorsqu'il est impossible de soulager la maladie et d'améliorer le fonctionnement du cœur avec des médicaments. Il est réalisé pour:

  • augmentation de la lumière des vaisseaux coronaires;
  • excision d'anévrisme;
  • installation d'un stimulateur artificiel.

Un traitement précoce peut aider à prévenir les modifications irréversibles du myocarde. Les premières heures depuis le début de l'attaque sont particulièrement importantes. À l'avenir, le patient devra rester au lit pendant longtemps et suivre un traitement intensif. Si nous parlons d'une crise cardiaque massive, une issue fatale est possible, quelle que soit l'action entreprise.

Caractéristiques de l'infarctus du myocarde

En fait, l'infarctus du myocarde se manifeste toujours par le défaut de blocage des artères coronaires par des plaques athérosclérotiques. La nutrition du coeur est perturbée. Progressivement, les plaques se couvrent de fissures dans lesquelles les plaquettes sont dirigées. Ils grossissent et peuvent entraîner la formation d'un caillot de sang dans la lumière du vaisseau.


Les facteurs suivants peuvent influer directement ou indirectement sur le développement d'une crise cardiaque:

  • Les spasmes des vaisseaux coronaires contribuent au développement d'échecs en hémodynamique (flux sanguin). Il peut survenir indépendamment de la gravité de l'athérosclérose, sous l'influence d'autres facteurs.
  • Les propriétés du sang jouent un rôle important dans la pathogenèse de la crise cardiaque. La coagulation sanguine accélérée et la quantité d'adrénaline émise affectent son développement.
  • Lorsque le diabète n'est pas assez de glucose absorbé. Son taux sanguin augmente, entraînant des lésions des vaisseaux sanguins et une probabilité accrue de formation de caillots sanguins.

La probabilité d'une crise cardiaque chez les personnes qui ne suivent pas les règles d'un mode de vie sain augmente:

  • abus de mauvaises habitudes;
  • surtension physique et psycho-émotionnelle permanente;
  • régime incorrect
  • insuffisance de sommeil.

L’impact de ces facteurs entraîne l’apparition d’un excès de poids et de perturbations des processus métaboliques, accélérant ainsi le développement de l’athérosclérose. Certains experts soulignent également les prédispositions héréditaires. Selon les statistiques, les crises cardiaques sont beaucoup plus fréquentes chez les personnes ayant un proche parent souffrant de diverses pathologies du système cardiovasculaire.

Un infarctus du myocarde jusqu’à 50 ans se manifeste 2 à 3 fois plus souvent chez l’homme. À partir de 50 ans, les indicateurs des deux sexes sont alignés. Un phénomène similaire est lié aux particularités du système hormonal chez la femme.

Crise cardiaque

Il est accepté de diviser un infarctus du myocarde en plusieurs périodes principales. Le schéma thérapeutique et la durée de chacun dépendent du degré d'endommagement, de l'état des vaisseaux, de la présence d'autres complications, de l'efficacité des méthodes thérapeutiques et de l'observance des recommandations du médecin par le patient. Le tableau suivant vous aidera à vous familiariser avec chaque étape:

Méthodes traditionnelles de traitement

Quitter l'hôpital ne signifie pas une récupération complète. Des médicaments, de la physiothérapie et d’autres méthodes seront prescrits au patient pour accélérer son rétablissement. Vous pouvez compléter le schéma thérapeutique avec des médicaments traditionnels. Ils ne peuvent pas complètement guérir une personne, mais peuvent améliorer l'efficacité du traitement principal.

La composition de diverses teintures, infusions et décoctions comprend des ingrédients naturels conçus pour saturer le cœur de substances utiles et réduire l'excitabilité nerveuse. Il est autorisé de les utiliser après approbation du cardiologue afin de ne pas perturber le schéma thérapeutique de base et d’augmenter le risque de développer des complications.

Des céréales

Les céréales sont représentées par le seigle, le blé, l'avoine et d'autres plantes de cette famille. Ils sont riches en vitamines et oligo-éléments nécessaires au bon fonctionnement du cœur. Leur plus grande quantité dans les grains germés seulement. Ils sont plus faciles à digérer. Par conséquent, le corps est plus saturé en substances utiles que lorsqu'il est utilisé comme simple porridge.

Pour la germination du grain dans le but de l'utiliser comme traitement après une crise cardiaque à la maison, vous pouvez appliquer la méthode "en conserve":

  • Préparez un bocal, par exemple sous la mayonnaise ou la pâte de tomate, dans les 2/3 de la taille estimée du récipient, de la gaze et du plateau (de préférence en verre).
  • Pré-traitement du grain: dans un premier temps, il est préférable d’appliquer du permanganate de potassium (25%), puis de verser de l’eau bouillante dessus.
  • Remplissez le récipient préparé avec environ 70% du grain transformé. Recouvrir d'eau. Il est souhaitable de le nettoyer car la qualité des germes en dépendra.
  • Après 12 heures, vidangez tout le liquide du récipient. Ensuite, sur la surface du plateau en verre pour mettre enroulé en 4 couches et humidifié avec de la gaze. Placez les pousses germées sur le dessus. Puis recouvrez le grain de quatre autres couches de gaze humide.

Après 2 jours, la longueur des pousses sera d'environ 1 cm Des lampes spéciales du type Flore aideront à accélérer la croissance. Pour que le processus ne ralentisse pas, il est nécessaire de maintenir le régime de température (environ 20-25 °) et de contrôler l'humidité.

Seules les pousses blanches apparues sont les plus bénéfiques pour le corps, bien que certains experts aient noté l’effet cicatrisant des pousses vertes. Il est souhaitable de s’y habituer progressivement, en commençant par l’ajout de 1 à 2 c. À thé au régime. et se terminant par 1-2 st. l (après quelques mois). Les plats dans lesquels des graines germées vont se répandre ne doivent pas être chauds, leur valeur sera perdue à cause du traitement thermique.

Herbes

Les herbes aux propriétés curatives contiennent les nutriments nécessaires au corps et provoquent rarement des réactions secondaires. Il est possible de les utiliser comme traitement après une crise cardiaque prolongée (plus de 2 mois).

Préparer le médicament doit être strictement sur ordonnance:

  • Prendre à parts égales:
    • Motherwort;
    • L'astragale;
    • l'immortelle;
    • écorce de saule blanc;
    • le trèfle;
    • la valériane;
    • le fenouil;
    • romarin sauvage;
    • codly.
  • Connectez les composants de la collection dans 1 conteneur. Ensuite, prenez 1 cuillère à soupe. l mélange fini et versez 200 ml d’eau bouillante dessus. Capacité à fermer le couvercle pendant 5-6 heures.
  • Il est nécessaire de boire le médicament pendant la journée en divisant la tasse en 4 doses.

Bourgeons de bouleau

Les bourgeons de bouleau accélèrent le processus de régénération, nettoient le sang, réduisent l'inflammation et réduisent la quantité de sang en circulation en raison de l'élimination de l'excès d'humidité. Pour la préparation de médicaments des bourgeons, des feuilles et du jus appropriés. La décoction est faite selon cette recette:

  • 10 g de bourgeons de bouleau pour 200 ml d’eau bouillante;
  • mettez le récipient sur le feu et laissez cuire 15 minutes;
  • après refroidissement pour éliminer les matières premières;
  • boire 120 ml entre les repas.

Au lieu de la décoction, vous pouvez faire une teinture:

  • 1 cuillère à soupe l rein versez 500 ml d'alcool;
  • éloignez le récipient du soleil pendant 2 semaines;
  • secouer la teinture tous les jours;
  • boire 15 ml 2-3 fois par jour.

Maman

Une solution aqueuse de momie est utilisée en complément du traitement de nombreuses pathologies du muscle cardiaque. L'outil est apprécié pour sa propriété d'améliorer la nutrition du myocarde, restaurant ainsi le rythme habituel des contractions. Il doit être utilisé conformément aux instructions généralement acceptées:

  • Une solution de momie à 2% est appliquée à partir de 13 gouttes. Augmentez progressivement la quantité à 1 c. (40 gouttes).
  • Buvez des médicaments avant les repas pendant 2 semaines. Puis faites une pause. Après 14 jours, poursuivre le traitement. Au total, 5 cours sont requis.

L'ail

L'ail aide à normaliser la coagulation sanguine et à réduire la concentration de cholestérol. Après une crise cardiaque, son mélange avec du miel et du citron aide:

  • hacher 1 tête d'ail et 3 citrons;
  • mélanger les ingrédients et verser 30 ml de miel sur le dessus;
  • fermez le récipient et laissez-le reposer pendant une semaine;
  • prendre 100 g tous les jours.

Valériane

La valériane a une propriété sédative prononcée. Vous pouvez le préparer sous sa forme pure ou en ajoutant une infusion de calendula, de sauge, de lavande et d’anesthésique. Tous les composants sont pris en parts égales. Puis suivez cette recette:

  • 120 g de collecte versez 1 litre d’eau bouillante et fermez bien le récipient la nuit;
  • enlever les matières premières de la décoction le matin;
  • prendre 2 fois par jour pendant 1/3 tasse pendant 2 mois.

Hawthorn

L'aubépine est utilisée pour stabiliser le travail du cœur et réduire l'excitabilité nerveuse. L'infusion de celui-ci peut être faite selon cette recette:

  • Hacher 30 g de fruits d'aubépine et verser un verre d'eau bouillante;
  • retirer la matière première après refroidissement;
  • boire après le réveil et avant le coucher avec 250 ml.

Agripaume

L'infusion de Motherwort est souvent incluse dans le traitement de l'infarctus par les remèdes populaires. Il calme et améliore l'efficacité des médicaments à effet anticonvulsivant et antiarythmique. Préparer un médicament comme une infusion d’aubépine. Il est recommandé de l'appliquer sur 120 ml 3-4 fois par jour.

Blé germé

Le blé peut être utilisé pour traiter les maladies cardiovasculaires grâce à sa composition riche en magnésium, calcium et autres éléments. Ses pousses germées sont particulièrement efficaces. Ils peuvent être ajoutés au menu du jour (salades, boissons, mélanges, jus de fruits) ou manger à l'état pur le matin à raison de 30 g pendant une longue période.

Le miel est riche en glucose, ce qui améliore la nutrition du muscle cardiaque en dilatant les vaisseaux coronaires. Vous pouvez préparer un médicament utile en ajoutant d'autres composants:

  • Prenez 100 g de noyaux de noix, raisins secs, abricots secs et hachez-les soigneusement;
  • verser un mélange de 100 ml de miel;
  • utilisez l'outil dans 1 c. l 2-3 fois par jour.

La recette suivante est tout aussi efficace:

  • tordre 1 kg de cendre de montagne;
  • verser le mélange de 2 litres de miel;
  • Prendre 30 g par jour.

Rééducation après un infarctus

À la fin du traitement hospitalier, la personne commence l'étape de la réadaptation. Il faut généralement environ six mois pour récupérer, mais la combinaison de la pharmacothérapie et de la médecine traditionnelle accélère le processus:

  • Les produits à base d'ingrédients naturels dilatent les vaisseaux sanguins, réduisent la tension nerveuse et stabilisent la pression artérielle. Non moins utile est leur effet diurétique, grâce à quoi le gonflement est éliminé et la charge sur le coeur est réduite.
  • Les médicaments ayant des effets anti-arythmiques, antisclérotiques et sédatifs permettent d'arrêter l'arythmie, de stabiliser la pression, d'améliorer la nutrition du myocarde et de prévenir le développement de complications.

Il est nécessaire de combiner un cours de thérapie avec une correction de style de vie:

  • faire un bon régime alimentaire;
  • éviter les surcharges et les situations stressantes;
  • marcher plus souvent en plein air;
  • abandonner les mauvaises habitudes;
  • se conformer à toutes les recommandations du médecin traitant;
  • examiné régulièrement;
  • faire des pauses pendant le travail;
  • entreprendre une thérapie physique;
  • dors suffisamment.

Caractéristiques du régime

Dans les premières semaines après l'attaque, vous devez suivre un régime alimentaire strict. Le régime alimentaire du patient devrait comprendre des soupes légères, des céréales et des produits laitiers faibles en gras. Tous les plats sont consommés dans une forme minable sans l'addition d'épices, y compris le sel. Les portions doivent être réduites autant que possible et le nombre de repas doit être augmenté à 6-7 par jour. Le jus de carotte combiné à de l'huile végétale (dans un rapport de 250 ml de jus pour 1 c. À thé d'huile) apportera un bénéfice particulier au corps. Il est recommandé de le boire dans les premiers jours après l'attaque, à raison d'un verre par jour, en le divisant en 2 doses.

Un mois après une crise cardiaque, un affaiblissement du régime est autorisé. Les patients pourront manger normalement, mais lors de l’élaboration du menu, nous devrons tenir compte des recommandations des spécialistes:

  • Ajoutez des germes germés à votre alimentation, représentant la famille des céréales, le son.
  • Réduisez la quantité de sel consommée, ainsi que les aliments frits, fumés et gras.
  • Au lieu de la conservation et des bonbons, utilisez des fruits frais, des légumes, des fruits secs et du miel.
  • Remplacez le café et le thé noir par des infusions et des décoctions d’herbes médicinales (aubépine, rose de chien, valériane) et de jus de fruits frais (canneberges, carottes).
  • Allez pour 4-5 repas par jour. Il est souhaitable de réduire les portions à une taille moyenne pour ne pas les laisser passer (vous devez quitter la table avec une légère sensation de faim). Au coucher, il est contre-indiqué et il est conseillé de boire un verre de kéfir ou tout autre produit laitier fermenté.
  • Abandonnez les épices (moutarde, raifort, poivre) et les aliments riches en cholestérol.
  • Enrichissez le menu avec des produits laitiers fermentés. Le pourcentage de graisse est souhaitable pour choisir le plus petit.
  • Cuire en faisant cuire, cuire au four ou à la vapeur. Un grand assistant serait un bain-marie.
  • Parmi les recettes de soupes, choisissez végétarienne (sans ajouter de produits à base de viande).
  • Le nombre d'œufs consommés est réduit à 2-3 par semaine.

Physiothérapie

Dans le complexe médical de réadaptation doit inclure les sports. Il est compilé par le médecin traitant, en se concentrant sur l'état du patient et la présence de complications. Exercices de base initialement adaptés ne nécessitant pas de formation particulière:

  • Être dans un état grave:
    • faire de la gymnastique pour les yeux;
    • serrer et desserrer les doigts des extrémités supérieures et inférieures;
    • faire des mouvements de rotation des mains et des pieds.
  • En position couchée:
    • dévier le thoracique, en s'appuyant sur les coudes;
    • plier alternativement les membres inférieurs dans les articulations du genou;
    • soulevez les jambes redressées;
    • placez-vous en position assise avec vos mains;
    • en tournant sur le côté droit, accroupissez-vous avec les jambes vers le bas.
  • En position assise:
    • inclinez le corps sur le côté;
    • imiter la démarche (flexion des membres inférieurs au niveau des genoux);
    • faites pivoter les bras dans les épaules et les coudes.
  • En position debout:
    • s'appuyant sur une chaise, soulevez alternativement la jambe d'avant en arrière;
    • faites des mouvements circulaires avec un as en écartant les bras;
    • effectuer des chaussettes;
    • soulevez alternativement une main et l’autre.

Habituellement, les exercices sont répétés 5 à 10 fois le matin et le soir. À mesure que l'état s'améliore, le programme d'études est saturé de nouveaux mouvements. Il est autorisé de passer à des types de formation plus complexes après autorisation du médecin.

Immédiatement après le congé, vous devez commencer à marcher régulièrement dans l'air frais. Il est conseillé de marcher le plus possible, à partir de courtes distances, en contrôlant le pouls et la pression avant et après l'exercice. Augmenter le rythme et la durée des promenades devraient être progressivement. Monter des escaliers et faire de l'exercice à la salle de sport (vélo, tapis de course) peuvent également être utilisés pour renforcer le muscle cardiaque. Le vent faible apparu est une raison pour se reposer un peu. Ne pas en faire trop avec les classes n'en vaut pas la peine, car cela augmentera le risque de rechute.

Le traitement après un infarctus du myocarde avec des remèdes populaires augmentera l'efficacité des médicaments, saturera le corps en substances utiles et améliorera la fonction cardiaque. Il est conseillé de compléter le schéma thérapeutique avec une correction de l’alimentation et une thérapie physique. Il sera possible d'obtenir un résultat positif dans au moins 2-3 mois.

Pinterest