Aide-Alco.ru

En bref: L’alcool peut provoquer une arythmie: dysfonctionnement du rythme cardiaque. L’homme ressent cela comme un effrayant "effacement" ou "écrasement" du cœur. Cette condition peut être imprévisible et dangereuse.

  • Pourquoi l'arythmie de l'alcool
  • Que faire
  • Arrive-t-il que l'arythmie soit due à l'alcool?

Que faire

Une arythmie après alcool peut disparaître d'elle-même en quelques heures, mais elle peut aussi être extrêmement dangereuse. Appelez immédiatement une ambulance si l'arythmie avec la gueule de bois s'intensifie ou si les symptômes suivants apparaissent pour la première fois:

  • faiblesse grave
  • évanouissement ou évanouissement
  • peur soudaine de la mort
  • vertige, douleur au coeur
  • essoufflement

Pourquoi l'arythmie de l'alcool

L'alcool se dissout aussi bien dans l'eau que dans les graisses, scientifiquement appelé «amphiphilicité». Au niveau cellulaire, l’amphiphilicité de l’alcool lui permet de déstabiliser les membranes cellulaires, constituées de deux couches d’éléments amphiphiles.

De quoi s'agit-il? L'interaction des cellules avec le monde extérieur, y compris les informations, est réalisée en modifiant la configuration des récepteurs cellulaires. En première approximation, le récepteur cellulaire peut être représenté comme une particule de protéine immergée dans la membrane. La liaison des récepteurs à certaines substances provoque des modifications au cours des réactions chimiques de la cellule, y compris celles qui entraînent la propagation d’une onde d’excitation électrique le long de la membrane.

Et si la membrane est déstabilisée par l'alcool ou partiellement détruite, cela entraîne une diminution de la sensibilité des récepteurs et une capacité de la membrane à conduire une excitation électrique.

En passant, c’est sur cette base que repose l’effet de l’alcool en tant que substance narcotique (anesthésique) et, dans ce sens, son mécanisme d’action diffère peu de celui des autres stupéfiants, qui sont généralement des solvants organiques. Mais la particularité de l’alcool en tant que drogue est une gamme thérapeutique étroite (narcotique): cela signifie que la différence entre la dose létale et la dose qui cause l’anesthésie est trop faible dans l’alcool.

Les faisceaux conducteurs du myocarde (muscle cardiaque), comme le myocarde lui-même, sont des tissus excitables électriquement. L'alcool peut également inhiber la conduction d'une onde d'excitation le long de la membrane cellulaire. Et par conséquent, l’alcool est capable de supprimer l’activité du centre principal de l’automatisme cardiaque. Cela peut entraîner des arythmies. Personne ne peut prédire la dose d'alcool qui provoquera une arythmie spécifiquement pour vous, pour chaque personne, elle est individuelle.

En médecine occidentale, cette propriété de l'alcool conduit à un syndrome que les médecins anglophones ont surnommé le «syndrome cardiaque de vacances», car il survient généralement chez des personnes en bonne santé qui boivent pour des vacances ou juste le week-end.

Lisez également l'article spécial sur ce qu'il faut faire si votre cœur bat fort après avoir bu. Vous y apprendrez si la tachycardie avec la gueule de bois est dangereuse, ce qu’il faut faire avec un battement de coeur rapide et ce qui ne peut pas être fait.

Vous n'avez pas trouvé ce que vous cherchiez?

Essayez une recherche.

Lire l'article plus loin:

Guide de connaissances gratuit

Abonnez-vous à la newsletter. Nous vous dirons comment boire et manger afin de ne pas nuire à la santé. Les meilleurs conseils d'experts du site qui lisent plus de 200 000 personnes chaque mois. Arrêtez de gâcher la santé et rejoignez!

Qu'est-ce que les extrasystoles après l'alcool et comment les gérer

Les maladies cardiovasculaires touchent de nombreuses personnes. Les affections sont à la fois congénitales et acquises. Si vous ne traitez pas les maladies cardiaques et ne leur permettez pas de progresser, vous risquez de mourir à l'avance. Les personnes atteintes devraient cesser de boire de l'alcool. Il provoque des douleurs cardiaques, une arythmie et une tachycardie. Des extrasystoles après l’alcool peuvent également se produire, ce qui nuit à la condition humaine. Si vous ne buvez pas du tout, le travail du cœur doit être surveillé et l’alcool ne doit pas être abusé.

Qu'est-ce que c'est

L'extrasystole est un type d'arythmie, un trouble du rythme cardiaque. Cette condition est caractérisée par une contraction musculaire extraordinaire. Un symptôme peut survenir non seulement chez les personnes malades, mais également chez les personnes en bonne santé sous l'influence d'un certain facteur. En règle générale, il s’agit d’une surmenage émotionnelle ou d’un abus de caféine, d’alcool.

Il existe plusieurs formes de la maladie: fonctionnelle et organique. Dans le premier cas, le stress, les substances toxiques et les boissons alcoolisées sont des facteurs provoquants. La forme organique se manifeste en raison d'une pathologie cardiaque.

Les symptômes de ce problème sont difficiles à ignorer si l’origine est fonctionnelle.

Signes d'anxiété, peau pâle, sentiment de peur gratuite. Il devient difficile pour une personne de respirer, la transpiration augmente. Le pouls peut aussi changer, il deviendra inégal et pourra monter. L'alcool et la gueule de bois elle-même mènent à cela.

Si la forme est organique, alors la personne peut ne pas remarquer les symptômes. Des signes tels que des tremblements du cœur, une sensation de perturbation des muscles peuvent être identifiés. On peut avoir l'impression que le cœur s'est arrêté pendant un moment. Le pouls lui-même sera inégal. Comme déjà mentionné, les causes de cette condition sont enracinées dans des pathologies déjà existantes et la gueule de bois n’a rien à voir avec cela.

Le risque de maladie est que la libération de sang soit réduite et que, de ce fait, les organes en sont affectés: les reins, le cœur, le cerveau. Mais, si vous le souhaitez, vous pouvez ajuster cet état. Ensuite, le pouls reviendra à la normale et la douleur au cœur ne sera pas perturbée. L'essentiel est d'éliminer les raisons provocantes. Au minimum, ne buvez pas d'alcool.

Forme d'alcool

Certaines personnes aggravent consciemment leur santé. Bien entendu, l’alcool affecte grandement le fonctionnement du système cardiovasculaire. L'éthyle, son produit de désintégration, ainsi que les composants de la boisson ont un effet défavorable.

Au premier stade, une personne ressent les symptômes suivants:

  • Surexcitation
  • Augmentation du pouls.
  • Essoufflement.
  • Douleur dans le coeur.
  • Hypertension artérielle.
  • Rougeur de la peau sur le visage.
  • Puffiness.

Les symptômes apparaissent d'abord, puis disparaissent. Mais, si une personne a souvent la gueule de bois, les symptômes se transforment en une forme chronique. Bien sûr, la bonne décision serait d'abandonner l'alcool. Si vous ne pouvez pas indépendamment, alors l'aide de l'Internet. Ils éliminent la dépendance et ne nuisent pas à la santé. Il sera également utile de consulter un spécialiste.

Traitement

Les problèmes cardiaques doivent commencer immédiatement à guérir si vous ne voulez pas de conséquences graves. Lorsqu'une personne a un pouls constamment rapide et irrégulier de 95 battements par minute, c'est une raison pour consulter un médecin. De plus, cela devrait être fait s'il y a d'autres symptômes négatifs.

Le médecin va diagnostiquer. Commencez par demander ce qui vous préoccupe, puis faites passer des examens. L'ECG le plus commun. Le médecin doit identifier la maladie, déterminer sa nature et son histoire. Ce n’est qu’après cela qu’il sera possible de décider quoi faire.

En règle générale, les sédatifs et les sédatifs sont prescrits.

Cela est nécessaire pour normaliser le rythme cardiaque. Dans les cas graves, des antiarythmiques peuvent être prescrits. De plus, vous devez prendre un complexe de vitamines, en particulier des sels de potassium et de magnésium. Cela soutiendra le travail du cœur et améliorera la condition de tout l'organisme.

Cependant, l’essentiel est de refuser l’alcool. Sinon, le traitement ne donnera pas le résultat souhaité. De plus, l'état ne fera qu'empirer. Si vous continuez à abuser de l'alcool, il peut y avoir une mort prématurée.

À titre préventif, vous devriez normaliser votre mode de vie et abandonner vos mauvaises habitudes, y compris le tabagisme. Vous devrez également ajuster la nourriture, en éliminant les aliments gras et trop salés. La préférence devrait être donnée aux légumes, aux fruits, à la volaille et aux céréales. De telles mesures amélioreront la santé et en particulier le travail du cœur.

Il peut être difficile d’abandonner la dépendance à l’alcool. Cependant, cela reste possible. L'essentiel est d'avoir une motivation suffisante et d'être conscient du problème. Il faut se rappeler que la santé et l’alcool sont des choses incompatibles. Si vous voulez avoir mal, alors buvez de l'alcool. Mais alors vous ne devriez pas être surpris par les maladies chroniques et aiguës qui affecteront non seulement le système cardiovasculaire.

Les personnes souffrant d'une maladie cardiaque doivent éviter les situations stressantes, les efforts physiques excessifs et l'alcool. Dans le même temps, il est nécessaire que le médecin surveille votre état de santé. Si vous suivez les mesures nécessaires, vous pourrez vivre une vie longue et épanouissante. Par conséquent, après avoir découvert des extrasystoles en soi, il ne faut pas diriger immédiatement les pensées dans une direction négative. Cette pathologie répond bien au traitement, l’essentiel est de consulter rapidement un médecin.

Comment sont les extrasystoles et l'alcool?

Actuellement, les maladies du système cardiovasculaire chez les personnes de la structure globale occupent l'une des principales places. Ils comprennent un vaste groupe de différentes pathologies. On sait que l'état du muscle cardiaque dépend en grande partie du mode de vie d'une personne. Les causes les plus courantes de maladie sont les effets toxiques, le stress, diverses maladies infectieuses et autres maladies somatiques. Les mauvaises habitudes occupent une place particulière (fumer, boire de l'alcool). L’alcool aujourd’hui est disponible pour presque tout le monde, c’est donc chaque année un nombre croissant de cas de maladie cardiaque.

Le fait que cette maladie soit courante chez les personnes de tout âge et de tout sexe, le groupe le plus vulnérable, est celui des adolescents et des personnes âgées. L'alcool peut causer une cardiomyopathie. Le plus grand intérêt est une violation du rythme cardiaque causée par l'alcool. Le plus souvent, il se développe comme une extrasystole. Pendant de nombreuses années, une personne malade peut se sentir tout à fait normale, mais avec le temps, cela se fera sentir. Chaque année, l’alcool provoque des milliers de décès dus à diverses pathologies du cœur. Examinons de plus près les relations entre la cardiomyopathie et l'alcool, une perturbation du rythme cardiaque sous l'influence de l'alcool.

Le concept de l'arythmie

Qu'est-ce qu'on appelle extrasystole? Cette affection est un type d’arythmie (trouble du rythme cardiaque), se manifestant par une excitation et une contraction intempestives du muscle cardiaque. Un fait intéressant est que de telles réductions sont causées par des impulsions, qui normalement ne devraient pas être chez une personne en bonne santé. Il convient de noter que l’extrasystole est un phénomène très courant. Il est déterminé par plus de la moitié des habitants de la Terre. Il existe plusieurs formes d’extrasystoles: fonctionnelle et organique. Dans le premier cas, il peut être provoqué par des facteurs tels que les états stressants, les substances toxiques, le tabagisme et les boissons alcoolisées. Quant à la forme organique, elle apparaît sur le fond de toute pathologie du coeur.

La cause la plus fréquente des extrasystoles est la cardiomyopathie, les cardiopathies ischémiques, la cardiosclérose. Le centre de l'excitation peut être situé dans n'importe quelle partie du corps. Pour tout cela, on distingue les extrasystoles de types atrial, ventriculaire et mixte. Le plus dangereux de ce type d'arythmie dans les lésions organiques du muscle cardiaque. Dans le même temps, des foyers de nécrose et d'ischémie surviennent souvent.

Manifestations de l'extrasystole

Les symptômes de cette pathologie dépendent en grande partie de la forme de l’extrasystole. S'il est d'origine organique, il peut ne pas y avoir de signes cliniques. C'est une pathologie dangereuse. Les patients peuvent ressentir des tremblements du cœur, un sentiment de perturbation du travail. On a souvent l'impression que le cœur s'est arrêté depuis un certain temps. Si l'arythmie est causée par des modifications fonctionnelles du travail du cœur, résultant par exemple de la consommation d'alcool, des signes tels que l'anxiété, la pâleur de la peau et une sensation de peur peuvent être observés. Très souvent, il est difficile pour une personne de respirer, il transpire beaucoup.

L'extrasystole est dangereux en ce sens qu'il réduit le débit sanguin cardiaque, ce qui peut affecter les organes internes, par exemple les reins, le cerveau. Il est nécessaire de savoir que l'arythmie fonctionnelle (dans le contexte de l'alcoolisme) est plus susceptible de correction que organique. Dans ce dernier cas, il existe des troubles graves dans lesquels les cellules sont plus touchées.

Extrasystole d'alcool

L'alcool est une cause fréquente de lésions cardiaques et d'arythmie. Le plus grand intérêt est la maladie de cardiomyopathie alcoolique. L'alcool éthylique et ses produits de décomposition constituent le principal facteur provoquant. Le facteur prédisposant est le stress, une immunité réduite, certaines maladies infectieuses, une mauvaise nutrition. L'alcool peut affecter le cœur de deux manières: par le système nerveux et directement sur les tissus du corps avec ses métabolites. Dans ce dernier cas, les cellules de l'organe sont endommagées, ce qui constitue une violation des processus métaboliques, entraînant le développement de la privation d'oxygène des tissus. L'effet de l'alcool sur les vaisseaux coronaires est tout aussi important.

Au premier stade, les patients s'inquiètent de l'agitation, des battements cardiaques fréquents, de l'essoufflement, des douleurs au niveau du cœur, de l'hypertension artérielle, de l'hyperhémie cutanée de la peau sur le visage, de l'enflure. Ces symptômes peuvent apparaître et disparaître. Utilisés systématiquement, ils deviennent permanents. L'alcoolisme chronique est facile à reconnaître. Cela peut être déterminé par l'apparence d'une personne. Le médecin, examinant le patient, révèle une arythmie cardiaque (extrasystole et autres formes), un bruit au sommet de l'organe, une augmentation du rythme cardiaque. Souvent, chez certaines personnes malades, en plus de cette pathologie, des maladies des organes du tractus gastro-intestinal sont détectées, par exemple un ulcère, une gastrite ou une hépatite.

Il est important que les battements prématurés ventriculaires surviennent chez les patients plusieurs fois plus souvent que les crises auriculaires ou mixtes. Très souvent, il est stable et accompagne les personnes qui abusent de l'alcool pendant de nombreuses années. Souvent, il se forme sur le fond de la fibrillation auriculaire. Dans ce cas, l’extrasystole est capable de s’intensifier lors de travaux physiques.

Il est important que le rythme cardiaque dans l'alcoolisme s'accompagne d'un trouble de la conduction, en particulier des ventricules cardiaques.

Cette maladie touche environ la moitié des patients atteints de cardiomyopathie alcoolique.

Diagnostic de l'extrasystole

Si, dans le cas de maladies somatiques (infectieuses), le diagnostic final est établi sur la base de données de laboratoire, un ECG est essentiel pour établir la présence d’extrasystoles et d’une cardiomyopathie. Il faut se rappeler que l’extrasystole est une manifestation de la cardiomyopathie alcoolique. Les résultats de l'examen externe et ses plaintes sont d'une grande importance pour le diagnostic. Les symptômes les plus courants sont décrits ci-dessus. Le médecin est obligé de faire très attention à la collecte de l'histoire de la vie et de la maladie humaine. Il est important que beaucoup de personnes ne disent pas qu'elles abusent d'alcool ou souffrent d'alcoolisme chronique.

Le médecin est obligé de connaître toutes les circonstances pouvant provoquer l’apparition d’une arythmie (extrasystole). Pour poser un diagnostic, il est nécessaire d’établir la nature de l’arythmie, son lien avec l’activité physique, l’intensité de la prise de médicaments et d’autres caractéristiques. En écoutant les bruits du coeur, il y a quelques changements. Des bruits cardiaques prématurés 1 et 2 peuvent se produire. Pour détecter les perturbations du rythme, une surveillance quotidienne est souvent effectuée.

Les signes les plus significatifs de la présence de battements sur un électrocardiogramme sont les suivants: apparition précoce de l'onde P ou de l'ensemble du complexe QRST, absence de l'onde P immédiatement avant l'apparition d'une contraction extraordinaire du cœur, présence d'une pause après l'extrasystole ventriculaire. Des méthodes de diagnostic supplémentaires sont l’ergométrie du vélo et le test du tapis de course.

Traitement et prévention

Le traitement de la pathologie dépend en grande partie de la forme de l’extrasystole. Avec des troubles du rythme transitoires, sans développement de cardiomyopathie, le traitement est principalement symptomatique. Il vise à normaliser l'état du patient. Le fait que l’alcool soit contre-indiqué est d’une grande importance. Ainsi, le traitement consiste à éliminer le principal facteur étiologique. Si l'arythmie s'est développée en raison de troubles neurogéniques suite à une consommation prolongée d'alcool, les sédatifs peuvent être utilisés comme sédatifs. Avec des extrasystoles fréquentes (plus de 200 par jour), un traitement médicamenteux est indiqué. Il est utilisé pour les troubles organiques graves.

À ces fins, utilisation de médicaments antiarythmiques. Au début de la période en l'absence d'insuffisance cardiaque, douleur, pression élevée, bêta-bloquants peuvent être utilisés. De plus, vous pouvez utiliser des vitamines, des sels de potassium ou de magnésium. Le pronostic est déterminé par des mesures thérapeutiques. La chose la plus importante est de renoncer à l'alcool. Dans cette situation, il y a une amélioration persistante chez la plupart des patients. Si ce régime n'est pas suivi, la cardiomyopathie alcoolique peut entraîner la mort. Le patient doit constamment consulter son médecin et procéder à un ECG. La prévention des extrasystoles et de la cardiomyopathie alcoolique implique le maintien d'un mode de vie sain, l'abandon de l'alcool et le tabagisme. Ainsi, l'extrasystole est un phénomène très fréquent chez les alcooliques.

Causes de l'extrasystole

Les raisons de l’extrasystole sont divisées en deux groupes: fonctionnel et organique. C’est leur principale caractéristique - le pronostic de la maladie s’appuie sur elle.

On sait de manière fiable que l’extrystystole elle-même n’est pas dangereuse, mais la maladie qui l’a provoquée est dangereuse. C'est-à-dire que le clinicien, dans les battements, s'intéresse beaucoup à sa cause. Par conséquent, l’extrasystole fonctionnelle (idiopathique) est considérée comme presque normale, car elle survient dans un cœur en bonne santé.

Cet article discutera des facteurs pouvant provoquer une attaque d'extrasystole fonctionnelle.

Extrasystole après avoir mangé

Le repas déclenche toute une série de processus physiologiques dans le corps. Cela est particulièrement vrai pour les plats sucrés, gras et épicés.

Immédiatement après le repas, il se produit une dilatation réflexe des vaisseaux gastro-intestinaux: le sang se précipite vers les glandes digestives, les intestins et le foie sont retenus. En outre, le sang devient plus épais - la sécrétion des sucs gastriques et intestinaux prend beaucoup de liquide. Il s'avère que le tractus gastro-intestinal vole l'irrigation sanguine vers d'autres organes, en particulier le cœur, qui est chargé et donc plus que d'habitude.

Un autre réflexe à manger est l'activation des parasympatics. Un système parasympathique associé au système nerveux sympathique garde le corps entier sous contrôle, y compris le travail du cœur. Ils sont opposés les uns aux autres et, dans des circonstances différentes, l’un ou l’autre domine. Peut-être le cœur répond-il précisément à l'alternance de leur activité.

Dans de telles conditions, des perturbations lumineuses régulières dans l'électrophysiologie du coeur, provoquant des extrasystoles. Les raisons pour une extrasystole après un repas sont donc extrêmement fonctionnelles.

Extrasystole avec ostéochondrose

Une colonne vertébrale malade peut réagir au cœur - les cardiologues ne l'oublient pas. La littérature scientifique décrit un certain nombre de cas où quelque chose n'a tout simplement pas été fait en violation du rythme: ils ont prescrit des médicaments coûteux, développé des schémas thérapeutiques, exigé l'observation la plus stricte des recommandations - rien du tout. Mais c'était suffisant pour travailler son dos, même sans penser aux arythmies, car les symptômes disparaissaient rapidement.

L'explication de cette connexion non évidente réside dans la violation des nerfs émergeant de la colonne vertébrale thoracique, certains d'entre eux étant impliqués dans l'innervation du cœur.

Dans l'ostéochondrose de la région thoracique, les battements prématurés sont moins fréquents, mais vous ne devez pas l'oublier.

Extrasystole sur le sol nerveux

Il n'y a pas d'organes autonomes dans notre corps - ils fonctionnent tous comme un seul. Un système neurohumoral puissant les coordonne et les gère.

Le mot "neurohumoral" implique une combinaison des systèmes nerveux et endocrinien du corps: deux leviers de contrôle différents et complémentaires. Il est évident que même une légère déviation dans le travail du système neurohumoral devrait affecter les fonctions d'autres organes.

C’est ce qui se produit: il est très facile de rencontrer un extrasystole pour la névrose ou un extrasystole pour NDC. Dans les deux cas, des modifications fonctionnelles de la régulation nerveuse affectent l'électrophysiologie cardiaque, entraînant une perturbation du rythme.

Extrasystoles et alcool

L'alcool est toxique pour tout le corps et entraîne beaucoup de tort. L'alcool affecte le cœur de différentes manières:

  • Premièrement, l'alcool éthylique perturbe le même système neurohumoral.
  • deuxièmement, les produits de désintégration de l'alcool éthylique endommagent directement les tissus cardiaques;
  • troisièmement, à cause de l'alcool, la pression artérielle augmente et des caillots sanguins.

Tous ces facteurs, même séparément, peuvent entraîner des arythmies et, combinés, encore plus.

Extrasystole après l'alcool n'est pas une condition dangereuse, mais peut avertir que le cœur y est sensible.

Extrasystole chez les femmes

On sait qu'en raison des cycles ovulatoires et d'un système de reproduction plus complexe, l'activité hormonale chez la femme est plus diverse que chez l'homme. Comme les hormones sexuelles agissent directement ou indirectement sur tous les systèmes du corps, leurs fluctuations peuvent se manifester de différentes manières, y compris au niveau du cœur. L'électrophysiologie du cœur étant très sensible, de nombreuses filles présentent donc une extrasystole avant les règles. Et extrasystole et ménopause viennent souvent ensemble.

Autres causes de l'extrasystole

L'extrasystole fonctionnelle peut être provoquée par n'importe quoi, donc elle est fonctionnelle. En gros, il peut apparaître seul - sans aucune condition. Ainsi, par exemple, apparaît une extrasystole au repos, une extrasystole couchée sur le dos, etc. Rechercher une raison spécifique dans ces cas n'a pas de sens.

Extrasystole après l'alcool

Chaque minute, le cœur humain fait circuler environ 5 litres de sang. Et cela représente environ 300 litres par heure et plus de 7 000 litres de sang par jour. En moyenne, au cours d'une vie, le cœur doit pomper plus de 175 millions de litres de sang. Pour être plus clair, supposons que cette quantité puisse remplir environ 4 000 wagons-citernes ou, par exemple, pour que la quantité de liquide passe par le robinet de la cuisine, il faudrait la laisser ouverte pendant 45 ans et à la pression la plus forte. Des chiffres impressionnants, n'est-ce pas? Mais pour que le cœur puisse pomper tout ce sang, il doit être en bonne santé. L'alcool est l'un des produits les plus dangereux pour le système cardiovasculaire, selon les cardiologues. Pour beaucoup de gens, même parmi ceux qui se considèrent en bonne santé, après un passe-temps excessif pour l'alcool, des signes ressemblant à de l'arythmie apparaissent. Dans la plupart des cas, il s'agit d'extrasystole, dont les symptômes sont aggravés après les libations alcooliques.

Qu'est-ce que l'extrasystole

Le rythme et la fréquence des contractions du muscle cardiaque sont déterminés par un nœud sinoartériel situé dans l'oreillette droite. C'est lui qui remplit les fonctions d'un stimulateur naturel: envoie des impulsions qui provoquent la contraction du cœur. Le rythme normal d'un cœur en bonne santé ne dépasse pas 95 battements par minute. Mais parfois, il est cassé. Ensuite, ils disent qu'une personne a une tachycardie, une arythmie ou d'autres maladies. L'extrystystole est l'un des types d'arythmie les plus courants.

Extrasystole - ce sont en fait des battements ou contractions cardiaques supplémentaires qui violent le rythme naturel. Des impulsions qui causent des extrasystoles peuvent se produire dans différentes parties du cœur. Étant donné le "lieu d'origine" des impulsions, il existe une extrasystole auriculaire, ventriculaire et mixte. En outre, ils parlent de l'existence de formes organiques et fonctionnelles de la maladie. Le premier est un "effet secondaire" de la pathologie du coeur, le second se produit généralement dans le contexte de stress, d'empoisonnement par les toxines, la nicotine ou l'alcool.

L'extrasystole est une pathologie très courante chez les personnes âgées et les jeunes. Fait intéressant, cette pathologie est diagnostiquée chez près de 60% des adultes ne présentant pas de signes visibles de perturbation du système cardiovasculaire. La forme auriculaire de la maladie peut survenir dans le contexte d’une augmentation de la charge sur l’oreillette, qui est créée lors d’une insuffisance cardiaque ou de maladies de la valvule mitrale. L'extrystystole ventriculaire est le plus souvent diagnostiquée chez les personnes après un infarctus du myocarde, une hypertrophie sévère du ventricule gauche, une cardiomyopathie hypertrophique ou une insuffisance cardiaque congestive.

Chez les personnes atteintes d’extrasystole, le rythme cardiaque change de rythme, de vitesse et de force naturels. Souvent, les dysfonctionnements du rythme donnent l’impression que le cœur s’est arrêté pendant un certain temps, puis il se produit une sensation de battements manqués. Dans d'autres cas, l'extrasystole peut au contraire se manifester par des battements de cœur supplémentaires. Outre ces signes évidents d'arythmie, la maladie peut s'accompagner d'évanouissements, de douleurs thoraciques, de fatigue et parfois de toux chronique.

Très souvent, les symptômes de l’extrasystole se manifestent chez des personnes en bonne santé. Dans ce cas, les signes d'arythmie ne sont pas un problème. Cependant, les échecs du rythme cardiaque peuvent souvent être le signe de graves perturbations du travail du système cardiologique. Par conséquent, en présence des plus légers signes d'arythmie, il est important de consulter un cardiologue.

Facteurs de risque

Les symptômes de troubles du rythme cardiaque peuvent survenir indépendamment de l'âge ou du sexe. Mais, selon les observations de spécialistes, les personnes souffrant d'hypertension, d'insuffisance cardiaque, d'hypertrophie ventriculaire, de problèmes de fonctionnement des valves cardiaques, après une crise cardiaque, de graves maladies infectieuses ou des interventions chirurgicales graves sont plus susceptibles de développer une pathologie. Une pathologie peut se développer sur fond de perturbations électrolytiques, par exemple en cas de manque de potassium et de magnésium, ou au contraire sur fond d’un excès de calcium. Certaines préparations médicales peuvent provoquer une arythmie. En particulier, les personnes prenant de la digoxine, de l'aminophylline, des antidépresseurs tricycliques, courent également un risque de développer des extrasystoles. En plus des drogues, la drogue, la caféine et l'alcool ont un effet significatif sur la fréquence cardiaque.

Extrasystole d'alcool

L'alcool éthylique et ses produits de décomposition sont toxiques, provoquant diverses pathologies cardiologiques. Les effets de l'alcool sur le cœur peuvent être considérés dans leur ensemble. Premièrement, l'alcool éthylique affecte directement les tissus du muscle cardiaque et, deuxièmement, l'alcool endommage le système cardiaque en agissant sur le système nerveux.

Les effets néfastes de l’alcool sur le cœur résident dans le fait que les produits de désintégration de l’éthanol endommagent les cellules de l’organe, provoquant une privation d’oxygène des tissus. En outre, il est bien connu que l’alcool détruit les parois des vaisseaux sanguins, y compris les artères coronaires, responsables de l’approvisionnement en sang de la majeure partie du cœur.

Même l’abus d’alcool à court terme provoque un essoufflement, une pression artérielle élevée, des douleurs cardiaques et une accélération du rythme cardiaque. En passant, les cardiologues ont longtemps découvert qu'après les vacances, le nombre de patients souffrant d'arythmie augmentait considérablement. Le lien entre l'abus de boissons fortes et le développement de battements et confirmé par les chercheurs. Les scientifiques ont découvert chez plus de 60% des alcooliques des anomalies échocardiographiques, ainsi que des signes d'extrasystole. Comme le montrent les résultats d’observations scientifiques, plus on boit de l’alcool souvent et à fortes doses, plus le risque de développer une arythmie cardiaque est élevé.

Si les fêtes avec alcool sont rarement répétées, les symptômes alarmants disparaissent rapidement. Pour ce faire, il suffit que le corps se débarrasse des produits de décomposition toxiques de l'alcool. Dans l'alcoolisme chronique, ces troubles deviennent permanents et le rythme cardiaque est encore plus perturbé. L’extrasystole après l’alcool s'accompagne également d’une tachycardie sévère et d’un souffle dans le cœur. Souvent, chez les personnes qui abusent de l'alcool, des extrasystoles (généralement de type ventriculaire) se développent dans le cadre d'une cardiomyopathie et d'une fibrillation auriculaire, également appelée syndrome cardiaque festif (arythmie qui survient après avoir bu). Le risque de fibrillation auriculaire est que si l’alcool ne s’arrête pas à l’heure, le risque de mort subite est élevé, à la suite d’un arrêt cardiaque ou d’un accident vasculaire cérébral inattendu.

Conclusion

Le traitement des battements prématurés et les projections futures dépendent du type de maladie. Mais quelle que soit la cause du développement d'une pathologie, dans tous les cas, le médecin vous conseillera d'effacer l'alcool de votre vie. Dans le contexte de l’alcoolisme, l’arythmie ne fait que s’aggraver et devenir un trait menaçant le pronostic vital. Il est extrêmement dangereux de prendre de l'alcool en présence d'une extrasystole résultant d'une maladie cardiaque. Dans ce cas, le risque pour les vaisseaux sanguins et le cœur augmente considérablement. Eh bien, il ne faut pas oublier que les médicaments antiarythmiques prescrits pour ce type de pathologie sont strictement interdits avec l'alcool. Si vous ignorez ces astuces, la maladie peut entraîner la mort.

L'alcool pour les arythmies

L'alcool et le coeur

L'alcool est un poison, mais il n'a jamais empêché quiconque de l'utiliser et d'en abuser. Dans notre pays, la tradition veut que nous buvions pour quelque raison que ce soit et, en règle générale, personne ne pense aux effets de l’alcool sur le corps, estimant que s’ils ne boivent pas très souvent et avec modération, le danger que l’alcool contient ne les concerne pas, Cependant, peu de gens savent qu'il n'y a pas de doses d'alcool sûres. L'effet de l'alcool sur le coeur très négatif et dangereux, car le cœur est l’organe principal avec lequel la circulation du sang dans notre corps est effectuée, puis quand l’alcool pénètre dans le sang, il porte le premier coup sur lui-même. Selon les statistiques, l’alcool est associé à plus du tiers des décès par maladie cardiaque. Tous les 5-7 heures alors que l'alcool boit circule dans le sang, le cœur fonctionne de manière défavorable.

Le pouls augmente à 100 battements par minute, le corps décompose le métabolisme et la nutrition du muscle cardiaque. Distillant le sang rempli d'alcool, il fonctionne intensément, alors que sa charge augmente plusieurs fois, c'est pourquoi les personnes en état d'ébriété ont un rythme cardiaque rapide, une violation de la circulation sanguine normale se produit, la pression artérielle augmente, ce qui conduit à la destruction du plus petit Les vaisseaux sanguins, la preuve la plus évidente est la rougeur du nez chez les personnes qui boivent souvent et les protéines des yeux rougis, généralement le matin après avoir pris une dose d'alcool. En tant que poison cellulaire à action directe, l'alcool endommage les cellules du muscle cardiaque et augmente la pression (même avec une seule dose - pendant plusieurs jours), empoisonnant les systèmes nerveux et cardiovasculaire.

Un excès de graisse s'accumule dans le muscle cardiaque, il se régénère, il devient flasque et le cœur peine à faire le travail. Le résultat est l'athérosclérose prématurée et l'hypertension.

La consommation d'alcool augmente toujours et significativement le risque de cardiomyopathie et d'arythmie cardiaque. Des preuves tout à fait indéniables d'un lien direct entre la consommation d'alcool et la mort coronaire soudaine, ainsi que de l'infarctus du myocarde, ont été reçues depuis longtemps.

Une autre étude a été réalisée dans les stations d’ambulance. Il s'agissait de cas de fibrillation auriculaire, l'une des arythmies cardiaques. Les résultats de cette étude indiquent clairement que c'est l'alcool qui a provoqué les deux tiers des cas de cette arythmie cardiaque dangereuse.

Ces études indiquent que plus les gens consomment de l'alcool, plus le risque de développer une maladie cardiaque et une crise cardiaque est élevé. De plus, le seuil de consommation raisonnable et normale de boissons alcoolisées, en deçà duquel il n'y a aucun risque de maladie cardiaque, n'est pas révélé du tout. L'alcool à n'importe quelle dose a un effet néfaste sur le cœur.

Le terme coeur alcoolique existe même dans la littérature médicale spéciale. Un syndrome cardiaque alcoolique ou une myocardiopathie peut bien survenir avec une petite expérience d'alcool et avec des doses d'alcool relativement faibles.

Le développement du syndrome cardiaque alcoolique (cardiomyopathie alcoolique, syndrome cardiaque bovin) a plusieurs raisons.

Premièrement, il s’agit de l’effet toxique nocif de l’alcool et de ses produits de décomposition sur le myocarde.

Deuxièmement, il contribue à la perturbation de l’activité du muscle cardiaque en raison de la formation insuffisante de protéines. Une violation de la synthèse des protéines est la conséquence de dommages alcooliques au foie. Chez les personnes qui consomment de l'alcool, la digestibilité des vitamines du groupe «B» est considérablement réduite. Les vitamines de ce groupe sont très importantes pour la fonction cardiaque normale.

La douleur cardiaque est étroitement liée à la consommation d’alcool de la veille. Les douleurs cardiaques surviennent souvent le lendemain de la prise d'alcool.

Le lendemain matin, après avoir bu, il y a parfois des interruptions dans le travail du cœur, un manque d'air, la peur de la mort, des sueurs et des vertiges. Certaines personnes qui boivent de l’alcool souffrent d’essoufflement au repos et d’enflure des jambes. Et ce sont des signes d'insuffisance cardiaque.

L’étude du cœur chez les personnes qui boivent révèle presque toujours un épaississement des parois et une expansion des cavités du cœur; on enregistre des arythmies - des troubles du rythme cardiaque: flutter auriculaire, fibrillation auriculaire. extrasystole.

Le traitement des changements alcooliques dans le coeur n'est pas une tâche facile. Le muscle cardiaque a une mémoire biochimique - des troubles alcooliques spécifiques de processus biochimiques conduisent à des arythmies cardiaques répétées.

La clé du succès du traitement de certaines pathologies alcooliques du coeur réside dans le rejet complet des boissons alcoolisées.

Les produits alcoolisés affectent le cœur de trois manières différentes. Premièrement, il s'agit de l'action de l'alcool éthylique lui-même et de ses produits métaboliques en tant que substances toxiques, deuxièmement, de la carence en vitamine B1 (thiamine) et, troisièmement, de l'effet des additifs et des impuretés dans les boissons alcooliques (auparavant, par exemple). de la bière a été ajoutée au chlorure de cobalt, en tant qu’agent stabilisant, qui a provoqué des lésions cardiaques - cardiomyopathie au cobalt).

L'alcool agit non seulement sur le myocarde, mais provoque également des modifications du tonus vasculaire et de la distribution des ions dans les tissus cardiaques (principalement du potassium et du magnésium). Le dernier moment extrêmement important pour le bon fonctionnement du coeur (pour le rythme de ses contractions). Si la balance des ions est fausse, cela crée les conditions pour la survenue d'arythmies. À la suite d'une consommation régulière d'alcool, une dystrophie des cellules du myocarde se développe dans le muscle cardiaque et le tissu conjonctif (fibrose périvasculaire) se développe autour des vaisseaux. La couche de ce tissu conjonctif autour du vaisseau, en tant qu '«imperméabilisation» supplémentaire, ne permet pas à l'oxygène ou aux nutriments dissous dans le sang de sortir du vaisseau. Dans ces conditions, les cellules du myocarde sont en famine. Il y a un manque d'oxygène dans les tissus - l'ischémie. Une partie des cellules du muscle cardiaque meurt et leur place est également occupée par le tissu conjonctif et la graisse. En fin de compte, il s'avère que les cellules du myocarde deviennent plus petites et deviennent plus susceptibles de rétrécir de manière arythmique.

Si une personne consomme de l'alcool et a de telles violations du cœur, tous les processus pathologiques - une tendance à la contraction arythmique et à l'ischémie augmentent. Dans le même temps, il existe un risque élevé que l'ischémie se transforme en infarctus du myocarde et en contractions arythmiques individuelles (extrasystoles) dans les types d'arythmies mortelles (fibrillation ventriculaire).

Il est clair que tous ceux qui ont bu de l'alcool ne meurent pas d'une insuffisance cardiaque. Le cœur est touché chez 54% des consommateurs d'alcool. Ce n'est certainement pas 100% (comme pour les dommages au foie), mais plus de la moitié. En général, le risque d'arythmie fatale chez les personnes qui consomment de l'alcool est doublé et trois fois plus si une personne a déjà une forme de maladie cardiaque.

L’alcool provoque des maladies cardiovasculaires à un âge assez précoce, dès 35 à 40 ans, les personnes qui en boivent régulièrement commencent à présenter des signes d’hypertension, à remarquer une insuffisance cardiaque ou des picotements désagréables, tout cela parce que le cœur est visiblement plus faible et sous l’effet de l’alcool. graisse et distille le sang jour et nuit, il devient plus dur, d’où des crises cardiaques et des accidents vasculaires cérébraux, qui entraînent souvent la mort prématurée, à un âge relativement jeune et productif cardiologue américain et emploient les termes "coeur festif" ou "fougueux", car les violations se produisent généralement après les week-ends et les jours fériés.

Aujourd’hui, les spécialistes discutent actuellement de doses d’alcool sans danger et toxiques.

En tant qu’unité conventionnelle, il a été décidé de prendre 10 ml d’éthanol. Dans le même temps, le type de boisson alcoolisée n’a pas pour l’organisme une valeur aussi importante que la quantité absolue d’éthanol consommée.

Les experts de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) sont considérés comme des doses d'alcool journalières relativement sûres: 25 ml d'éthanol pour les hommes en bonne santé et 12 ml pour les femmes en bonne santé. Mais il note le caractère indésirable de l'usage quotidien de boissons alcoolisées, ainsi que de leur accueil à jeun.

Doses d’alcool sans danger par jour pour un adulte (plus de 21 ans):

pour les hommes:

vin naturel - 300 ml

Arythmie et alcool

Pendant longtemps, les médecins ont pensé que l'ensemble du système cardiovasculaire et du cœur, en particulier, était plus résistant à la pénétration d'alcool dans le sang que d'autres organes. Cependant, la médecine effectue de plus en plus de nouvelles recherches et avec l'aide de nouveaux équipements, il a été établi que l'alcool pendant l'arythmie peut provoquer une issue fatale. Le pire, c'est que cela ne dépend pas de l'âge, ni de la fréquence à laquelle une personne consomme de telles boissons dangereuses.

Chez les personnes qui consomment régulièrement de l'alcool, l'arythmie est détectée plus souvent que chez les non-buveurs. Et le plus souvent, la vie des jeunes qui n’ont pas de pathologies prononcées se termine brusquement. Les faits se voient le plus souvent non pas pendant le processus d'intoxication, mais pendant la phase de sortie d'un tel état. Cela se produit en raison de l'accumulation d'alcaloïdes dans le corps.

En cas de dépendance à l'alcool, la conduction de l'impulsion est d'abord perturbée et une insuffisance cardiaque apparaît. L'ALCOOL entraîne une perturbation de la relation entre les systèmes nerveux et cardiovasculaire. Il est capable de faire battre le cœur plus rapidement, affaiblissant ainsi les impulsions. Les alcaloïdes augmentent la pression. Tout cela mène à l'ischémie.

Tous ces facteurs doivent être pris en compte, même chez les personnes en parfaite santé, car l'alcool interfère avec le travail de tout l'organisme, entraîne de nombreuses maladies et augmente le risque de mort instantanée.

Comment sont les extrasystoles et l'alcool?

Actuellement, les maladies du système cardiovasculaire chez les personnes de la structure globale occupent l'une des principales places. Ils comprennent un vaste groupe de différentes pathologies. On sait que l'état du muscle cardiaque dépend en grande partie du mode de vie d'une personne. Les causes les plus courantes de maladie sont les effets toxiques, le stress, diverses maladies infectieuses et autres maladies somatiques. Les mauvaises habitudes occupent une place particulière (fumer, boire de l'alcool). L’alcool aujourd’hui est disponible pour presque tout le monde, c’est donc chaque année un nombre croissant de cas de maladie cardiaque.

Le fait que cette maladie soit courante chez les personnes de tout âge et de tout sexe, le groupe le plus vulnérable, est celui des adolescents et des personnes âgées. L'alcool peut causer une cardiomyopathie. Le plus grand intérêt est une violation du rythme cardiaque causée par l'alcool. Le plus souvent, il se développe comme une extrasystole. Pendant de nombreuses années, une personne malade peut se sentir tout à fait normale, mais avec le temps, cela se fera sentir. Chaque année, l’alcool provoque des milliers de décès dus à diverses pathologies du cœur. Examinons de plus près les relations entre la cardiomyopathie et l'alcool, une perturbation du rythme cardiaque sous l'influence de l'alcool.

Le concept de l'arythmie

Qu'est-ce qu'on appelle extrasystole? Cette affection est un type d’arythmie (trouble du rythme cardiaque), se manifestant par une excitation et une contraction intempestives du muscle cardiaque. Un fait intéressant est que de telles réductions sont causées par des impulsions, qui normalement ne devraient pas être chez une personne en bonne santé. Il convient de noter que l’extrasystole est un phénomène très courant. Il est déterminé par plus de la moitié des habitants de la Terre. Il existe plusieurs formes d’extrasystoles: fonctionnelle et organique. Dans le premier cas, il peut être provoqué par des facteurs tels que les états stressants, les substances toxiques, le tabagisme et les boissons alcoolisées. Quant à la forme organique, elle apparaît sur le fond de toute pathologie du coeur.

La cause la plus fréquente des extrasystoles est la cardiomyopathie, les cardiopathies ischémiques, la cardiosclérose. Le centre de l'excitation peut être situé dans n'importe quelle partie du corps. Pour tout cela, on distingue les extrasystoles de types atrial, ventriculaire et mixte. Le plus dangereux de ce type d'arythmie dans les lésions organiques du muscle cardiaque. Dans le même temps, des foyers de nécrose et d'ischémie surviennent souvent.

Manifestations de l'extrasystole

Les symptômes de cette pathologie dépendent en grande partie de la forme de l’extrasystole. S'il est d'origine organique, il peut ne pas y avoir de signes cliniques. C'est une pathologie dangereuse. Les patients peuvent ressentir des tremblements du cœur, un sentiment de perturbation du travail. On a souvent l'impression que le cœur s'est arrêté depuis un certain temps. Si l'arythmie est causée par des modifications fonctionnelles du travail du cœur, résultant par exemple de la consommation d'alcool, des signes tels que l'anxiété, la pâleur de la peau et une sensation de peur peuvent être observés. Très souvent, il est difficile pour une personne de respirer, il transpire beaucoup.

L'extrasystole est dangereux en ce sens qu'il réduit le débit sanguin cardiaque, ce qui peut affecter les organes internes, par exemple les reins, le cerveau. Il est nécessaire de savoir que l'arythmie fonctionnelle (dans le contexte de l'alcoolisme) est plus susceptible de correction que organique. Dans ce dernier cas, il existe des troubles graves dans lesquels les cellules sont plus touchées.

Extrasystole d'alcool

L'alcool est une cause fréquente de lésions cardiaques et d'arythmie. Le plus grand intérêt est la maladie de cardiomyopathie alcoolique. L'alcool éthylique et ses produits de décomposition constituent le principal facteur provoquant. Le facteur prédisposant est le stress, une immunité réduite, certaines maladies infectieuses, une mauvaise nutrition. L'alcool peut affecter le cœur de deux manières: par le système nerveux et directement sur les tissus du corps avec ses métabolites. Dans ce dernier cas, les cellules de l'organe sont endommagées, ce qui constitue une violation des processus métaboliques, entraînant le développement de la privation d'oxygène des tissus. L'effet de l'alcool sur les vaisseaux coronaires est tout aussi important.

Au premier stade, les patients s'inquiètent de l'agitation, des battements cardiaques fréquents, de l'essoufflement, des douleurs au niveau du cœur, de l'hypertension artérielle, de l'hyperhémie cutanée de la peau sur le visage, de l'enflure. Ces symptômes peuvent apparaître et disparaître. Utilisés systématiquement, ils deviennent permanents. L'alcoolisme chronique est facile à reconnaître. Cela peut être déterminé par l'apparence d'une personne. Le médecin, examinant le patient, révèle une arythmie cardiaque (extrasystole et autres formes), un bruit au sommet de l'organe, une augmentation du rythme cardiaque. Souvent, chez certaines personnes malades, en plus de cette pathologie, des maladies des organes du tractus gastro-intestinal sont détectées, par exemple un ulcère, une gastrite ou une hépatite.

Il est important que les battements prématurés ventriculaires surviennent chez les patients plusieurs fois plus souvent que les crises auriculaires ou mixtes. Très souvent, il est stable et accompagne les personnes qui abusent de l'alcool pendant de nombreuses années. Souvent, il se forme sur le fond de la fibrillation auriculaire. Dans ce cas, l’extrasystole est capable de s’intensifier lors de travaux physiques.

Il est important que le rythme cardiaque dans l'alcoolisme s'accompagne d'un trouble de la conduction, en particulier des ventricules cardiaques.

Cette maladie touche environ la moitié des patients atteints de cardiomyopathie alcoolique.

Diagnostic de l'extrasystole

Si, dans le cas de maladies somatiques (infectieuses), le diagnostic final est établi sur la base de données de laboratoire, un ECG est essentiel pour établir la présence d’extrasystoles et d’une cardiomyopathie. Il faut se rappeler que l’extrasystole est une manifestation de la cardiomyopathie alcoolique. Les résultats de l'examen externe et ses plaintes sont d'une grande importance pour le diagnostic. Les symptômes les plus courants sont décrits ci-dessus. Le médecin est obligé de faire très attention à la collecte de l'histoire de la vie et de la maladie humaine. Il est important que beaucoup de personnes ne disent pas qu'elles abusent d'alcool ou souffrent d'alcoolisme chronique.

Le médecin est obligé de connaître toutes les circonstances pouvant provoquer l’apparition d’une arythmie (extrasystole). Pour poser un diagnostic, il est nécessaire d’établir la nature de l’arythmie, son lien avec l’activité physique, l’intensité de la prise de médicaments et d’autres caractéristiques. En écoutant les bruits du coeur, il y a quelques changements. Des bruits cardiaques prématurés 1 et 2 peuvent se produire. Pour détecter les perturbations du rythme, une surveillance quotidienne est souvent effectuée.

Les signes les plus significatifs de la présence de battements sur un électrocardiogramme sont les suivants: apparition précoce de l'onde P ou de l'ensemble du complexe QRST, absence de l'onde P immédiatement avant l'apparition d'une contraction extraordinaire du cœur, présence d'une pause après l'extrasystole ventriculaire. Des méthodes de diagnostic supplémentaires sont l’ergométrie du vélo et le test du tapis de course.

Traitement et prévention

Le traitement de la pathologie dépend en grande partie de la forme de l’extrasystole. Avec des troubles du rythme transitoires, sans développement de cardiomyopathie, le traitement est principalement symptomatique. Il vise à normaliser l'état du patient. Le fait que l’alcool soit contre-indiqué est d’une grande importance. Ainsi, le traitement consiste à éliminer le principal facteur étiologique. Si l'arythmie s'est développée en raison de troubles neurogéniques suite à une consommation prolongée d'alcool, les sédatifs peuvent être utilisés comme sédatifs. Avec des extrasystoles fréquentes (plus de 200 par jour), un traitement médicamenteux est indiqué. Il est utilisé pour les troubles organiques graves.

Comment sont les extrasystoles et l'alcool?

Actuellement, les maladies du système cardiovasculaire chez les personnes de la structure globale occupent l'une des principales places. Ils comprennent un vaste groupe de différentes pathologies. On sait que l'état du muscle cardiaque dépend en grande partie du mode de vie d'une personne. Les causes les plus courantes de maladie sont les effets toxiques, le stress, diverses maladies infectieuses et autres maladies somatiques. Les mauvaises habitudes occupent une place particulière (fumer, boire de l'alcool). L’alcool aujourd’hui est disponible pour presque tout le monde, c’est donc chaque année un nombre croissant de cas de maladie cardiaque.

Le fait que cette maladie soit courante chez les personnes de tout âge et de tout sexe, le groupe le plus vulnérable, est celui des adolescents et des personnes âgées. L'alcool peut causer une cardiomyopathie. Le plus grand intérêt est une violation du rythme cardiaque causée par l'alcool. Le plus souvent, il se développe comme une extrasystole. Pendant de nombreuses années, une personne malade peut se sentir tout à fait normale, mais avec le temps, cela se fera sentir. Chaque année, l’alcool provoque des milliers de décès dus à diverses pathologies du cœur. Examinons de plus près les relations entre la cardiomyopathie et l'alcool, une perturbation du rythme cardiaque sous l'influence de l'alcool.

Le concept de l'arythmie

Qu'est-ce qu'on appelle extrasystole? Cette affection est un type d’arythmie (trouble du rythme cardiaque), se manifestant par une excitation et une contraction intempestives du muscle cardiaque. Un fait intéressant est que de telles réductions sont causées par des impulsions, qui normalement ne devraient pas être chez une personne en bonne santé. Il convient de noter que l’extrasystole est un phénomène très courant. Il est déterminé par plus de la moitié des habitants de la Terre. Il existe plusieurs formes d’extrasystoles: fonctionnelle et organique. Dans le premier cas, il peut être provoqué par des facteurs tels que les états stressants, les substances toxiques, le tabagisme et les boissons alcoolisées. Quant à la forme organique, elle apparaît sur le fond de toute pathologie du coeur.

La cause la plus fréquente des extrasystoles est la cardiomyopathie, les cardiopathies ischémiques, la cardiosclérose. Le centre de l'excitation peut être situé dans n'importe quelle partie du corps. Pour tout cela, on distingue les extrasystoles de types atrial, ventriculaire et mixte. Le plus dangereux de ce type d'arythmie dans les lésions organiques du muscle cardiaque. Dans le même temps, des foyers de nécrose et d'ischémie surviennent souvent.

Manifestations de l'extrasystole

Les symptômes de cette pathologie dépendent en grande partie de la forme de l’extrasystole. S'il est d'origine organique, il peut ne pas y avoir de signes cliniques. C'est une pathologie dangereuse. Les patients peuvent ressentir des tremblements du cœur, un sentiment de perturbation du travail. On a souvent l'impression que le cœur s'est arrêté depuis un certain temps. Si l'arythmie est causée par des modifications fonctionnelles du travail du cœur, résultant par exemple de la consommation d'alcool, des signes tels que l'anxiété, la pâleur de la peau et une sensation de peur peuvent être observés. Très souvent, il est difficile pour une personne de respirer, il transpire beaucoup.

L'extrasystole est dangereux en ce sens qu'il réduit le débit sanguin cardiaque, ce qui peut affecter les organes internes, par exemple les reins, le cerveau. Il est nécessaire de savoir que l'arythmie fonctionnelle (dans le contexte de l'alcoolisme) est plus susceptible de correction que organique. Dans ce dernier cas, il existe des troubles graves dans lesquels les cellules sont plus touchées.

Extrasystole d'alcool

L'alcool est une cause fréquente de lésions cardiaques et d'arythmie. Le plus grand intérêt est la maladie de cardiomyopathie alcoolique. L'alcool éthylique et ses produits de décomposition constituent le principal facteur provoquant. Le facteur prédisposant est le stress, une immunité réduite, certaines maladies infectieuses, une mauvaise nutrition. L'alcool peut affecter le cœur de deux manières: par le système nerveux et directement sur les tissus du corps avec ses métabolites. Dans ce dernier cas, les cellules de l'organe sont endommagées, ce qui constitue une violation des processus métaboliques, entraînant le développement de la privation d'oxygène des tissus. L'effet de l'alcool sur les vaisseaux coronaires est tout aussi important.

Au premier stade, les patients s'inquiètent de l'agitation, des battements cardiaques fréquents, de l'essoufflement, des douleurs au niveau du cœur, de l'hypertension artérielle, de l'hyperhémie cutanée de la peau sur le visage, de l'enflure. Ces symptômes peuvent apparaître et disparaître. Utilisés systématiquement, ils deviennent permanents. L'alcoolisme chronique est facile à reconnaître. Cela peut être déterminé par l'apparence d'une personne. Le médecin, examinant le patient, révèle une arythmie cardiaque (extrasystole et autres formes), un bruit au sommet de l'organe, une augmentation du rythme cardiaque. Souvent, chez certaines personnes malades, en plus de cette pathologie, des maladies des organes du tractus gastro-intestinal sont détectées, par exemple un ulcère, une gastrite ou une hépatite.

Il est important que les battements prématurés ventriculaires surviennent chez les patients plusieurs fois plus souvent que les crises auriculaires ou mixtes. Très souvent, il est stable et accompagne les personnes qui abusent de l'alcool pendant de nombreuses années. Souvent, il se forme sur le fond de la fibrillation auriculaire. Dans ce cas, l’extrasystole est capable de s’intensifier lors de travaux physiques.

Il est important que le rythme cardiaque dans l'alcoolisme s'accompagne d'un trouble de la conduction, en particulier des ventricules cardiaques.

Cette maladie touche environ la moitié des patients atteints de cardiomyopathie alcoolique.

Diagnostic de l'extrasystole

Si, dans le cas de maladies somatiques (infectieuses), le diagnostic final est établi sur la base de données de laboratoire, un ECG est essentiel pour établir la présence d’extrasystoles et d’une cardiomyopathie. Il faut se rappeler que l’extrasystole est une manifestation de la cardiomyopathie alcoolique. Les résultats de l'examen externe et ses plaintes sont d'une grande importance pour le diagnostic. Les symptômes les plus courants sont décrits ci-dessus. Le médecin est obligé de faire très attention à la collecte de l'histoire de la vie et de la maladie humaine. Il est important que beaucoup de personnes ne disent pas qu'elles abusent d'alcool ou souffrent d'alcoolisme chronique.

Le médecin est obligé de connaître toutes les circonstances pouvant provoquer l’apparition d’une arythmie (extrasystole). Pour poser un diagnostic, il est nécessaire d’établir la nature de l’arythmie, son lien avec l’activité physique, l’intensité de la prise de médicaments et d’autres caractéristiques. En écoutant les bruits du coeur, il y a quelques changements. Des bruits cardiaques prématurés 1 et 2 peuvent se produire. Pour détecter les perturbations du rythme, une surveillance quotidienne est souvent effectuée.

Les signes les plus significatifs de la présence de battements sur un électrocardiogramme sont les suivants: apparition précoce de l'onde P ou de l'ensemble du complexe QRST, absence de l'onde P immédiatement avant l'apparition d'une contraction extraordinaire du cœur, présence d'une pause après l'extrasystole ventriculaire. Des méthodes de diagnostic supplémentaires sont l’ergométrie du vélo et le test du tapis de course.

Traitement et prévention

Le traitement de la pathologie dépend en grande partie de la forme de l’extrasystole. Avec des troubles du rythme transitoires, sans développement de cardiomyopathie, le traitement est principalement symptomatique. Il vise à normaliser l'état du patient. Le fait que l’alcool soit contre-indiqué est d’une grande importance. Ainsi, le traitement consiste à éliminer le principal facteur étiologique. Si l'arythmie s'est développée en raison de troubles neurogéniques suite à une consommation prolongée d'alcool, les sédatifs peuvent être utilisés comme sédatifs. Avec des extrasystoles fréquentes (plus de 200 par jour), un traitement médicamenteux est indiqué. Il est utilisé pour les troubles organiques graves.

À ces fins, utilisation de médicaments antiarythmiques. Au début de la période en l'absence d'insuffisance cardiaque, douleur, pression élevée, bêta-bloquants peuvent être utilisés. De plus, vous pouvez utiliser des vitamines, des sels de potassium ou de magnésium. Le pronostic est déterminé par des mesures thérapeutiques. La chose la plus importante est de renoncer à l'alcool. Dans cette situation, il y a une amélioration persistante chez la plupart des patients. Si ce régime n'est pas suivi, la cardiomyopathie alcoolique peut entraîner la mort. Le patient doit constamment consulter son médecin et procéder à un ECG. La prévention des extrasystoles et de la cardiomyopathie alcoolique implique le maintien d'un mode de vie sain, l'abandon de l'alcool et le tabagisme. Ainsi, l'extrasystole est un phénomène très fréquent chez les alcooliques.

Pinterest